Éditorial : L’argent des autres

L’affaire de captation d’héritage de feu Ahmed Réda Guédira ne fait que commencer. Au centre du litige porté, il y a quelques années devant la justice, Joseph Marciano dit Jeff. Ce Marocain de confession juive est titulaire d’une carte d’identité nationale affichant la fonction de “consultant commercial“. Certainement un titre passe-partout car l’intéressé au vu de la fortune qu’on lui prête et de son influence d’antan est plus que cela.  L’enfant de Debdou  roule aujourd’hui sur l’or  grâce certainement à sa maîtrise des réseaux à la confluence du pouvoir et de l’argent du Maroc des années 70 et 80. 
Jeff Marciano était-il  l’homme de paille de l’ex-conseiller tout-puissant de Feu Hassan II? C’est en tout cas la seule carte visite prestigieuse que lui connaissent ceux qui ont fréquenté les deux hommes. Sinon, comment pouvait-il justifier l’origine de son butin qu’on dit considérable ? Et puis, il est difficile d’imaginer que l’ex-proche collaborateur du Roi défunt n’ait laissé à titre posthume que son image d’homme intelligent… Au Maroc de l’époque, quand on a été Guédira…
Selon des personnalités au fait des secrets du Royaume, Marciano doit tout à Guédira. Celui-ci, discrétion que lui imposait son statut oblige, lui aurait confié la gestion de son patrimoine. Chose que M. Marciano, d’un air seigneurial qui a quelque chose de hautain, a nié dès la mort du conseiller  en 1995, reconnaissant juste l’amitié qui le liait à l’ancien faiseur de la vie politique nationale. Et pas le reste. 
Or, ce serait sans compter avec la détermination des héritiers du défunt qui ont réussi, au terme d’investigations approfondies, d’établir l’existence de relations d’affaires entre les deux personnages. Il s’agissait de réunir les pièces d’un véritable puzzle avec des connexions financières très complexes au Maroc et à l’étranger.   Résultat:  la police judiciaire et la justice tiennent aujourd’hui en leur possession une foule de documents à partir desquels on peut déduire que Guédira et Marciano n’étaient pas que de simples amis qui se sont rencontrés autour d’une partie de poker.  En effet, certaines pièces comptables et des relevés bancaires du défunt sont significatifs : une série de sommes d’argent de plusieurs millions de dirhams avaient quitté ses comptes au Maroc pour servir vraisemblablement à l’acquisition de deux immenses terrains situés sur la corniche casablancaise, objet du litige judiciaire opposant les héritiers Guédira à M. Marciano. En un mot, de fortes présomptions pèsent sur l’enfant de Debdou que les plaignants considèrent à tout le moins comme l’associé de leur père. Le dossier gros de 300 pages est en phase d’instruction par le Tribunal de première instance de Casablanca. Le juge en charge de l’affaire a déjà, dans le cadre de l’enquête, auditionné Jeff Marciano et certains témoins-clés de cette histoire sulfureuse qui n’a pas encore livré tous ses secrets, grands et petits.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *