Éditorial : Réconciliation

A quelques jours de l’expiration du délai qui lui est fixé pour la présentation de son rapport final, l’Instance Equité et Réconciliation (IER) a fait l’objet d’un rapport d’évaluation de son travail par l’ONG américaine de défense des droits de l’Homme "Human Rights Watch" (HRW).
Rédigé par les spécialistes de la situation des droits humains dans la région arabe et maghrébine de l’association, le rapport a passé en revue l’ensemble des actions entreprises par l’Instance depuis sa création.
Pour ce faire, les rédacteurs du rapport ont recouru aux différents intervenants dans le domaine des droits de l’Homme au Maroc dont ils ont recueilli les appréciations quant aux actions de l’IER.
Allant de l’IER, elle-même, au Forum Vérité et Justice (FVJ) en passant par les associations marocaines de défense des droits de l’Homme, les organismes cités par le rapport de l’ONG américaine ont, chacun, présenté le travail de l’Instance à sa manière et en l’appréciant à sa façon.
Ainsi, on retrouve dans le rapport l’insatisfaction de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH), la prudence de l’Organisation marocaine des droits de l’Homme (OMDH) et la suspicion du Forum Vérité et Justice ainsi que la pondération des membres de l’IER et du Conseil consultatif des droits de l’Homme.
Rassemblées dans un même document, ces différentes prises de position à l’égard de l’Instance dirigée par Driss Benzekri ont fait du rapport de HRW une sorte de synthèse regroupant les avis des uns et des autres d’une manière générale. L’appréciation de l’ONG américaine a, elle, été délayée dans l’ensemble des critiques ou des satisfactions des actions entreprises par l’IER. La lecture dudit rapport ne permet donc pas de dégager une prise de position claire et ponctuelle sur le regard porté par HRW sur le travail de la commission chargée de dévoiler la vérité sur ce qui s’est passé durant les années dites de plomb au Maroc.
On sent ainsi dans le rapport une sorte d’ambiguïté, délibérément provoquée, sur les réalisations de l’instance marocaine. Hormis quelques rappels concernant le fait qu’il s’agit de la première commission du genre dans le monde arabe, la révolution que constitue la création de cette instance et le déroulement de ses travaux par la suite n’ont pas été assez mis en valeur. En fait, les rédacteurs se sont empressés de passer aux recommandations concernant la suite à donner au rapport final de l’Instance prévu pour fin novembre.
L’IER est une instance qui a été créée par le Maroc pour les Marocains. Et son objectif est de réconcilier ces derniers avec leur passé afin de leur permettre de mieux braver les défis de l’avenir. Que son travail soit apprécié par des ONG internationales ne figure pas parmi ses objectifs. Sa priorité est d’accomplir sa mission vis-à-vis des Marocains.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *