Éditorial : Terrorisme

Éditorial : Terrorisme

Révélation de taille dans le procès des 13 membres du Groupe islamique combattant marocain (GICM) devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Les investigations menées depuis l’ouverture de ce procès en novembre dernier ont montré que le GICM est fortement soupçonné d’être l’instigateur des attentats de Casablanca du 16 mai et ceux de Madrid en mars 2004. Le commandement opérationnel de ce groupe inféodé à Al Qaïda est établi en Belgique avec deux branches, l’une française et l’autre belge. Il semble que cette organisation terroriste s’en est prise au Maroc dans l’espoir d’y installer un régime islamiste après avoir semé la chienlit dans le Royaume. Mais grâce à la mobilisation de la société marocaine contre le terrorisme, le pays a réussi à dépasser ce moment très difficile. 
La bande des 13, dont les éléments sont tous de nationalité marocaine, doit répondre de ses actes devant la justice.
Ces révélations montrent qu’il existe bel et bien une légion marocaine de Ben Laden installée dans certains pays européens où se trouve en ce moment un juge d’instruction marocain dans le cadre de commissions rogatoires en liaison avec des affaires de terrorisme. C’est dire que la menace pèse toujours sur le Maroc où a été démantelé récemment grâce à la vigilance de la police nationale un réseau terroriste supposé qui planifiait de frapper des cibles civiles dans un certain nombre de villes à l’occasion des fêtes de fin d’année. Encore une fois, le Maroc l’a échappé belle.
Il est clair maintenant que le Vieux continent abrite des “jihadistes“ de nationalité marocaine  prêts à passer à l’action sur place ou à exporter ailleurs leur idéologie meurtrière. Crise identitaire, motivation matérielle ou manipulation, les raisons de se transformer en bombe humaine ou en sergent recruteur ne manquent pas. Une chose est sûre : cette réalité n’est pas très flatteuse pour le Maroc à un moment où ce dernier, qui a accompli nombre de réformes politiques courageuses au cours de ces dernières années, tente de montrer un visage moderne et démocratique.
Certes, les Marocains dans leur majorité sont des gens tolérants et ouverts qui condamnent les actes terroristes. Mais comment immuniser durablement la société contre les pulsions intégristes qui peuvent menacer la cohésion  ? 
Quelle parade face aux menées terroristes des sicaires de Ben Laden et de Al Zarkaoui ? Comment les neutraliser et déjouer leurs entreprises d’assassinats de masse ici ou ailleurs ? Le seul moyen efficace reste la collaboration intégrale entre les États du monde entier par l’échange du renseignement sur les individus suspects. Quand cette coopération s’avère défaillante, les terroristes parviennent à leurs fins. Si les services espagnols avaient pris au sérieux les alertes de leurs homologues marocains, les attentats du 11 mars n’auraient certainement pas eu lieu.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *