Éditorial : Voleurs de farine

Le polisario est désormais traité comme il est véritablement. Une bande de voleurs qui a monté une supercherie baptisée autodétermination pour se livrer en toute impunité au vol de l’aide humanitaire destinée aux séquestrés des camps de Tindouf. Quelle mesquinerie ! Plusieurs témoignages étayés par des preuves sont d’autant plus incontestables qu’ils émanent des donateurs eux-mêmes. Ils ont surpris les polisariens la main dans le sac… et ont écrit noir sur blanc ce qu’ils ont vu. Le produit de ces détournements va alimenter les comptes des pontes de ce mouvement de bandits qui ont longtemps trompé l’opinion internationale en se mettant dans la peau de “victimes opprimées par le Maroc qui les a spoliés de leur terre“. Du coup, les différentes organisations humanitaires qui ont apporté leur soutien matériel sous forme de dons en nature ou en espèces ont eu le sentiment d’avoir été trahies.
Ce n’est pas seulement de détournements de fonds que la bande à Abdelaziz s’est rendue coupable. Celle-ci a été également impliquée dans des violations des droits humains dans les camps de Tindouf à l’encontre des populations marocaines. Tortures, sévices, maltraitance…, les témoignages des détenus marocains et qui ont pu rallier le Maroc ont montré le vrai visage du polisario.
Certains sont morts sous la torture, d’autres s’en sont sortis avec des séquelles corporelles et morales. En fait, les dirigeants du polisario ont profité, avec l’aide de leur mentors algériens, de l’élan de sympathique politique et médiatique que leur cause (qui n’en est pas une) a suscité un peu partout dans le monde pour présenter le Maroc comme un pays colonisateur et pour agir en toute impunité dans les camps. Certes, une minorité bénéficie toujours du soutien des autres. Mais il faut dire aussi que les responsables marocains, sûrs de la justesse de leur position, ont longtemps négligé de contrecarrer la propagande polisarienne, se contenant de dénoncer les thèses séparatistes du polisario et en confirmant l’attachement du pays à la légalité internationale.
L’image de mouvement indépendantiste que s’est fabriquée le polisario tout au long de plus de deux décennies à coups de propagande et de mystification en squattant les instances internationales s’est effondrée ces dernières années pour laisser la place à celle d’un ramassis d’opportunistes sans foi ni loi qui font peu de cas de la dignité humaine et de l’intégrité morale.
Cette réalité a été révélée au grand jour à Genève par les rescapés des geôles de l’enfer des Lahmada, constitués en associations des victimes d’un groupe de voleurs et de tortionnaires qui ont voulu se faire passer pour ce qu’ils sont loin d’être. À bas les masques !
Le Maroc et les Marocains ne céderont jamais au chantage d’une poignée de brigands. Marocain est le Sahara et marocain il restera.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *