El Ouafa veut expulser les squatteurs des logements de fonction

El Ouafa veut  expulser  les squatteurs des logements de fonction

Après la liste des agréments de transports de Rabbah, c’est au tour de Mohamed El Ouafa de publier sa propre liste. Le ministre de l’éducation nationale a, en effet, procédé, lundi 22 octobre, à la publication de la liste des «squatteurs» des logements de fonction sur le portail Internet de son ministère. Dans un communiqué diffusé hier matin, le ministre informe l’opinion publique de cette nouvelle mesure qui risque de faire de nombreux mécontents puisqu’il ne s’agit pas de  n’importe quels squatteurs. Ces derniers ne sont autres que les responsables et fonctionnaires du ministère de l’éducation nationale. «Le ministère entend à travers cette initiative dévoiler à l’opinion publique l’identité des fonctionnaires exploitant des logements de fonction sans aucun fondement juridique et qui continuent à occuper ces logements après la fin de leurs missions ou leurs mutations dans d’autres régions ou même leurs départs en retraite», lit-on dans le communiqué. Le ministre de l’éducation nationale affirme que cette décision a été prise après avoir épuisé toutes les procédures légales et administratives en vigueur actuellement dans le pays. Les responsables qui qualifient de squatteurs les fonctionnaires concernés semblent ainsi décidés à récupérer la totalité de ces habitations le plus rapidement possible. «Les mesures entreprises par le département de l’éducation nationale ont permis à ce jour de recouvrir quelque 1.069 logements», expliquent-ils. Les clés de ces logements ont été déjà remises à de nouveaux fonctionnaires qui exercent sur place et à qui il revient donc légalement d’y habiter. Cependant, il existerait encore un nombre important de maisons et autres logements dont les occupants refusent toujours de quitter. «Ces dossiers sont aujourd’hui entre les mains de la justice qui aura le dernier mot. Certaines juridictions ont déjà rendu leurs verdicts sur ces affaires en attendant leur exécution», ajoutent les responsables. Jointe au téléphone par ALM, Khadija Benchouikh, directrice de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation du Grand Casablanca, affirme que le ministère dispose aujourd’hui de toutes les données sur le nombre des logements toujours occupés par d’anciens fonctionnaires du secteur de l’éducation, ainsi que les personnes qui ont déjà remis à la tutelle les clés de leurs logements précisant, par ailleurs, qu’il existe certains dossiers devant les tribunaux. Pour sa part, le ministère a réitéré dans son communiqué sa demande à tous les fonctionnaires concernés de remettre dans les plus brefs délais les logements qu’ils occupent à l’administration. Les responsables demandent également aux personnes qui ont déjà quitté ces habitations de le notifier aux délégations provinciales de l’enseignement dans le but de les barrer de la liste publiée sur le site du ministère. Reste maintenant à savoir si cette mesure permettra de recouvrir tous les logements occupés «illégalement» selon les responsables du ministère. Ces derniers affirment qu’ils agissent suite à de nombreuses plaintes qui leur sont parvenues.

  Documents PDF

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *