Élections législatives : L’Intérieur dévoile le nouveau découpage électoral

Après la validation par le Parlement des critères du découpage électoral contenus dans le projet de loi organique sur la Chambre des représentants, le ministère de l’intérieur a dévoilé la nouvelle configuration des circonscriptions pour les prochaines élections. Lors d’une réunion de concertation tenue, samedi 1er octobre, avec les partis politiques, Taib Cherkaoui a présenté les propositions de son département pour le nouveau découpage tant attendu. Selon des dirigeants des partis contactés par ALM, M. Cherkaoui n’a pas apporté des nouveautés majeures par rapport au découpage adopté lors des élections de 2007. En fait, selon les mêmes sources, l’Intérieur s’est contenté de mettre à jour la configuration pour l’adapter aux modifications qui sont intervenues entre-temps. Ainsi, sur un total de 82 circonscriptions, 67 d’entre elles qui correspondent à des provinces et préfectures ne connaîtront aucun changement. Pour le reste, certaines provinces et préfectures peuvent être divisées, selon l’Intérieur. Il s’agit de la province de Marrakech qui comprend les trois circonscriptions d’El Médina, Gueliz et El-Mnara. Il s’agit, également, de certaines provinces qui comprennent deux circonscriptions notamment Fès, Rabat, Taounate, Taroudant, Khémisset, Azilal et Settat. Le découpage prend également en considération la création de nouvelles provinces et préfectures comme Tinghir, El Youssoufia et Sidi Bennour. La nouvelle configuration proposée par M. Cherkaoui comprend aussi la création de dix nouveaux sièges, à partir du moment où le nouveau texte sur la Chambre des représentants prévoit 305 sièges pour les listes locales à la place de 295. Sans compter les 90 sièges réservés à la liste nationale. Dans le cadre de ces dix nouveaux sièges, 2 ont été attribués à Terfaya qui ne relève plus de Laâyoune. Cette dernière comprend désormais deux sièges seulement à la place de 3 auparavant. Aussi, deux sièges ont été attribués à Sidi Ifni qui ne relève plus de Tiznit. Pour le reste, l’Intérieur examine toujours la possibilité de les affecter à d’autres circonscriptions au niveau national. A noter que dans le cadre de la réunion entre l’Intérieur et les formations politiques, le nouveau découpage a suscité le débat entre les partis de la Koutla démocratique et l’Alliance des quatre. Les premiers ont demandé l’élargissement des circonscriptions. Alors que l’alliance MP-PAM-RNI-UC a demandé l’application des critères contenus dans le projet de loi sur la première Chambre. «Lors de la réunion, une divergence de taille est apparue entre l’alliance des quatre et les partis de la Koutla. Nous disons que si nous sommes d’accord sur le fait que l’unité de base soit la province ou la préfecture et qu’il est possible d’en diviser certaine. Il devrait être possible de laisser certaines entières et de réunir certaines préfectures notamment au niveau de la ville de Casablanca», souligne Nabil Benabdellah, secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS). «Les trois quarts des circonscriptions proposées par l’Intérieur ne comprennent que deux à trois sièges. On ne comprend pas pourquoi au moins le reste des circonscriptions soit élargi afin de lutter contre l’usage de l’argent sale par les candidats corrompus», explique M. Benabdellah. «Nous ne demandons que l’application de la loi sur la Chambre des représentants qui détermine clairement les critères du nouveau découpage. C’est juste que certains partis veulent configurer certaines circonscriptions à leur guise pour faciliter l’accès au Parlement à leurs candidats», réplique Mohamed Abied, secrétaire général de l’Union constitutionnelle (UC). Une nouvelle réunion est prévue aujourd’hui entre l’Intérieur et les partis pour poursuivre les concertations au sujet du nouveau découpage.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *