Emploi : Qualification de 110.000 jeunes durant les cinq prochaines années

Emploi : Qualification de 110.000 jeunes durant les cinq prochaines années

Le programme d’apprentissage 2008-2012 lancé par le département de la  Formation professionnelle prévoit la qualification de 110.000 jeunes dans différents secteurs productifs. Ce programme ambitieux vise à faciliter leur insertion dans le milieu du travail. C’est ainsi que le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Jamal  Rhmani, a présidé, samedi à Rabat, les assises de la première convention des cadres du secteur de la formation professionnelle, organisées sous le thème «Convergence des programmes d’apprentissage professionnel et l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH)». Cette manifestation à laquelle a pris part Aziz Dadès, gouverneur coordinateur national de l’INDH, a regroupé l’ensemble des responsables centraux et locaux du département de la Formation professionnelle ainsi que les représentants des opérateurs qui participent à la mise en œuvre des programmes d’apprentissage. «Suite aux recommandations de la convention des cadres  du ministère tenue les 4 et 5 janvier dernier à Marrakech, nous avons mis en place une nouvelle stratégie pour chercher les voies et moyens de renforcement de la convergence entre les programmes de l’INDH et les programmes d’apprentissage développé par le département de la Formation professionnelle», a indiqué à ALM M. Rhmani. Et d’ajouter : «ce chantier important est destiné à lutter contre l’exclusion sociale et la pauvreté. Il concerne les jeunes  âgés de 15 ans qui ont été exclus du système scolaire». Lors de cette convention, 73 projets d’apprentissage ont été présentés. Ces projets visent la formation, dans différents secteurs, de 18.265 apprentis issus des quartiers et communes visés par l’INDH durant la période 2008-2010 pour un coût global de 190 millions de dirhams. Ce système vise ainsi la qualification professionnelle des jeunes en déperdition scolaire dans de nombreux secteurs en l’occurrence l’artisanat, l’agriculture, le tourisme, les services, la pêche et le textile. Il est aussi question de sauvegarder les métiers séculaires dont l’artisanat.  Ces programmes sont réalisés en partenariat avec plusieurs ONG, les centres de formation par apprentissage intra entreprises, les chambres professionnelles ainsi que les opérateurs de formation publics et privés de formation professionnelle. L’accent sera  focalisé vers les catégories sociales les plus vulnérables  notamment les quartiers marginalisés et le milieu rural.  L’apprentissage figure comme principal levier pour la formation et l’insertion des jeunes en rupture de scolarité dont le nombre dépasse 200.000 chaque année et qui ne sont pris en charge par aucun système de qualification et d’insertion.
Notons que les programmes d’apprentissage réalisés jusqu’à présent ont permis la qualification de près de 65.000 jeunes sans cibler pour autant les quartiers visés par l’INDH.
Cette rencontre a aussi été marquée par la signature d’une convention de partenariat entre le département de la Formation professionnelle et l’Entraide nationale pour la formation de 2200 travailleurs sociaux pour la période 2008-2012.
Lors de cette rencontre, plusieurs recommandations ont été formulées par les participants. Il a ainsi été décidé de mettre en place un Comité de pilotage et de suivi de la convergence des programmes d’apprentissage et de l’INDH au niveau du département de la formation professionnelle. Au niveau de chaque convention d’exécution des programmes d’apprentissage, un  quota  sera fixé  en priorité aux jeunes issus des quartiers et communes ciblés par l’INDH. Il a aussi été question d’élargir l’expérience pilote de lutte contre l’exclusion sociale en cours dans certains quartiers de Casablanca à d’autres localités. Les participants ont également prévu d’introduire des outils au niveau du suivi des programmes d’apprentissage pour le recensement des apprentis issus ou non des quartiers ou communes visés par l’INDH.
Concernant l’INDH, M. Dadès a rappelé qu’au titre de l’année 2005, 1104 projets ont déjà été réalisés. Le programme de l’année 2006 a connu pour sa part le lancement de 6.127 projets dont 1365 projets relatifs à des activités génératrices de revenus (AGR). Pas moins de 5000 projets  dont 581 AGR ont été lancés en 2007 et ce avec un taux de réalisation de 25%. Les actions stratégiques de l’INDH visent à répondre aux besoins urgents de formation et à renforcer le processus d’apprentissage collectif en matière d’ingénierie de formation et de compétence.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *