Énergie : L’ONE lance sa salle des marchés

Énergie : L’ONE lance sa salle des marchés

L’Office national de l’électricité (ONE) aura sa première salle des marchés. Elle sera opérationnelle à partir du premier novembre prochain. Et c’est l’espagnol Endesa qui mettra en place l’«ONE-Trading».  Suite à un appel d’offres international, le département de Younès Maamar a retenu l’électricien ibère pour le lancement de sa salle des marchés dans moins de deux mois.
«La création d’une salle de marchés vise la mise en place d’une politique de gestion optimale des risques auxquels l’ONE est exposé de manière frontale et ce dans un contexte énergétique marqué  par la volatilité des prix des combustibles, du fret, ainsi que des risques de change», a expliqué Fouad Khennach, directeur de la direction de la gestion des risques, dans un communiqué de presse de cet établissement. Cette direction vient en fait d’être créée dans le cadre de la réorganisation de l’ONE.
Au premier semestre de cet exercice, Endesa a réalisé un bénéfice net de 1,255 milliard d’euros. En Europe, le bénéfice net a augmenté de 1,5% «dans un contexte de nette baisse de la demande», tandis qu’en Amérique latine, le bénéfice net a baissé de 6,9% à périmètre constant à 176 millions d’euros, «en raison de causes extérieures à la gestion du groupe, tels que les effets de change» négatifs induits par la faiblesse du dollar par rapport à l’euro.En fait, l’Espagne et le Portugal ont représenté 69,6% du bénéfice du groupe, l’Europe 16,4%, et l’Amérique latine 14%. En décrochant la réalisation de l’« ONE-Trading», Endesa confirme son intérêt croissant pour le Maroc.  
L’électricien espagnol est présent dans la centrale électrique de Tahadart. Ce projet a nécessité un financement de 250 millions de dollars répartis entre l’ONE (48 %), Endesa (32 %) et Siemens (20 %). «La mise en place de l’ONE-Trading contribuera aussi à l’intégration de l’Office à un marché régional de l’énergie en optimisant les échanges internationaux d’électricité et la valorisation du parc de production national.  Elle permettra de surcroît de créer des synergies importantes, notamment sur le fret, avec d’autres acteurs économiques nationaux et régionaux», selon la même source. La création de cette salle des marchés apparaît comme un pas pour la préparation à une prochaine libéralisation et à la modernisation du secteur de l’électricité. Selon le ministère de l’Energie et des Mines, la réforme de ce secteur s’inscrit dans la dynamique de création de marchés régionaux en matière d’électricité en valorisant les interconnexions électriques avec l’Europe et les pays maghrébins. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *