Fillettes disparues en Belgique : nouvelle comparution de l’unique suspect marocain

Le suspect, qui nie toute implication dans cette affaire, a comparu mardi matin à huis clos devant la chambre des mises en accusation de Liège, qui dispose de "deux jours" pour rendre son arrêt, a indiqué à l’AFP l’avocat de M. Ait Oud, Jean-Dominique Franchimont.

Cette délibération fait suite à l’appel interjeté par l’avocat de M. Ait Oud contre l’ordonnance prise la semaine dernière maintenant ce dernier en détention préventive.
Me Franchimont a indiqué avoir plaidé devant la chambre "qu’il n’existait plus d’indices sérieux de culpabilité et qu’il n’y avait pas dans le dossier d’éléments factuels qui peuvent être de manière positive reliés aux inculpations de notre client".

M. Ait Oud est inculpé pour enlèvement et séquestration. Plus de 15 jours après les faits, le parquet de Liège a lui-même reconnu n’avoir aucun élément concret contre cet homme.
Selon Anne Bourguignont, procureur du roi de Liège, qui devait s’exprimer devant la presse mardi, le parquet avait prévu d’avancer mardi devant la chambre les mêmes arguments qu’il avait présentés le 19 juin, lors d’une première audition sur le maintien en détention ou non de ce Marocain de 38 ans: "à savoir qu’il a disparu de façon étrange, pendant trois jours, de son domicile alors qu’il se savait recherché, et que nous attendons toujours les résultats de la médecine légale".

Abdellah Ait Oud, déjà condamné en 1995 et 2001, s’était présenté de lui-même à la police le 13 juin, plus de trois jours après la disparition dans la nuit du 9 au 10 juin de Nathalie Mahy (10 ans) et Stacy Lemmens (7 ans).

Son appartement a été perquisitionné et des traces de sang et de sperme y ont été prélevées pour vérifier l’éventuelle présence d’ADN des fillettes mais des résultats préliminaires n’ont rien décelé. Les résultats définitifs sont attendus dans le courant de la semaine.
M. Ait Oud a fait de la prison pour des viols répétés de sa nièce puis, après une récidive sur une adolescente de 14 ans, a été interné en 2001. Considéré comme guéri, il a été libéré en décembre 2005.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *