Fogarim : des prêts en baisse de 34% en 2009

Le crédit Fogarim s’est inscrit en recul au titre de l’année 2009. Selon le rapport annuel du ministère de l’économie et des Finances sur la production et les performances de «Damane Assakane», la production totale de Fogarim a enregistré une chute de 34% par rapport à 2008 avec 9.971 prêts, soit une moyenne mensuelle de 831 prêts. Le rythme de production, qui se situait autour d’une moyenne mensuelle de près de 1.326 dossiers pendant le premier trimestre, a enregistré une certaine décélération au mois d’avril pour reprendre en mai à un rythme moyen de production de 706 dossiers par mois, souligne le ministère dans son rapport. Selon le même document, la baisse relative de production observée au cours de l’année 2009 est en relation essentiellement avec le recul de la production des unités sociales. Cette dernière s’est située, selon le ministère de l’Habitat, à 90 mille unités en 2009 contre 129 mille unités en 2008, soit une chute de 30%. Dans le même contexte, l’encours global des crédits accordés par les banques dans le cadre du Fogarim à fin 2009 est de l’ordre de 7,8 milliards DH contre 6,4 milliards DH une année auparavant, enregistrant ainsi une progression de 22%. Pour sa part, le volume des prêts accordés en 2009 s’élève à près de 1,4 milliard- DH, en baisse de 32% par rapport à 2008, indique le ministère des finances dans son rapport. En nombre de prêts, 97% de la production du fonds en 2009 a été assurée par trois principales banques, à savoir le Crédit immobilier et hôtelier (CIH), la Banque centrale populaire (BCP) et la BMCE Bank. De ce fait, la répartition de la production Fogarim en encours par banque dégage une structure quasi-similaire à celle en nombre de prêts avec un renforcement de la part du CIH (43%) et de la BCP (38%) en terme de volume et une baisse de celle de la BMCE Bank (16%). Ce résultat est lié à l’accroissement du montant moyen des prêts financés par le CIH comparativement à 2008 qui est passé de 122,3 mille DH à 150 mille DH, lit-on dans le rapport. Et de poursuivre que, ces trois institutions détiennent la plus grande part de production (91%) au même titre que 2008.  Toutefois, le ministère a noté la diminution de la part financée par les autres banques qui est passée à 3% en 2009 contre 9% en 2008.  Quant à la répartition de la production par nature d’acquisition, le ministère relève dans son rapport que les prêts Fogarim ont été affectés à hauteur de 83% pour l’acquisition de logements contre 90% une année avant et à 15% pour la construction contre 9% en 2008.  Pour ce qui est de l’acquisition du terrain et sa construction, sa part a progressé en 2009 mais demeure relativement faible, soit un taux de 3%. Soulignant que la garantie Fogarim a bénéficié, au titre de 2009, à des ménages répartis dans 147 villes et localités des différentes régions du Royaume. Cette répartition géographique demeure marquée par la prédominance de la ville de Casablanca qui détient, à fin décembre 2009, une part de 36% du total des prêts, suivie des villes de Fès (9%), Meknès (6%) et Marrakech (6%), indique le ministère des Finances. Par ailleurs, la garantie Fogaloge, destinée à la classe moyenne, a démarré modestement sa première année pour hisser le rythme vers le dernier trimestre de 2009. L’encours global des crédits accordés, dans ce sens, est de l’ordre de 258 milliards DH, avec un total de 835 prêts, accordés du 1er avril au 31 décembre 2009. Sur cette production, 167 prêts d’un encours global de 67MDH, soit 26% du total, ont bénéficié aux MRE suite de l’extension de la garantie Fogaloge à cette catégorie en juillet 2009, note le ministère. Au même titre que Fogarim, le ministère distingue la même dominance des principales banques de la place pour la garantie Fogaloge. Ainsi, Wafa Immobilier, la BCP, le CIH et la BMCE Bank ont réalisé ensemble 97% de cette garantie en 2009. Concernant les destinations, 94% des crédits accordés ont été affectés au logement contre 6% pour la construction. S’axant sur le rapport, la structure des prix des logements financés par la garantie Fogaloge affiche une concentration moindre que celle observée pour la garantie Fogarim avec un un coût de moins de 370 mille DH en 2009 pour 50% des logements.A noter que l’année 2009 est caractérisée par l’entrée en vigueur depuis le mois d’avril du Fonds d’assurance hypothécaire «Damane Assakane», résultat de la fusion des deux fonds de garantie Fogarim et Fogaloge public. Cette fusion a permis de consolider les ressources affectées à Fogarim et, de fait, sa capacité de garantie. Les conventions régissant le Fonds « Damane Assakane » ont par ailleurs instauré un système de primes actuarielles à l’image des meilleures pratiques internationales en la matière. Ce système vise à pérenniser ce Fonds et constitue un instrument pour réduire le risque d’aléa moral et professionnaliser l’activité.


Damane Assakane : l’encours des crédits s’élève à 8,1 MMDH
Le Fonds d’assurance hypothécaire «Damane Assakane» affiche une nette performance de production. Selon le rapport du ministère de l’Economie et des Finances, l’encours des crédits garantis par «Damane Assakane» s’élève, à fin 2009, à plus de 8,1 MMDH. De par ce montant, le Fonds enregistre une progression de 26,7% par rapport à fin 2008. Selon le même rapport, le nombre cumulé des bénéficiaires de la garantie «Damane Assakane» se situe à 54.991 ménages, soit une hausse de 24% par rapport à fin 2008. En effet, l’année 2009 a été marquée par une progression des crédits à l’habitat et à la promotion immobilière. A fin 2009, les crédits immobiliers ont atteint 172,3 milliards de dirhams soit une progression de 12,7% contre 27,5% en 2008, souligne le ministère. Au titre de cette période, les crédits immobiliers ont représenté 29,7% du total des concours des banques et 33,4% des crédits accordés aux entreprises et particuliers. De même, les crédits à l’habitat représentent 63,8% du total des crédits immobiliers, soit 15,3% du PIB. Au moment où les crédits à la promotion immobilière représentent 36,2% du total des crédits immobiliers, soit 8,7% du PIB, indique –t-on dans le rapport. Dans un contexte de ralentissement général de l’activité de prêt, les crédits à l’habitat se sont distingués par le maintien d’un rythme de croissance supérieur à la moyenne. Ainsi, ils ont évolué de 13% en 2009 par rapport à l’année précédente, tandis que les concours des banques ont affiché, pour la même année, une évolution de 9%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *