Ghellab : Pas de désagrément en vue

Ghellab : Pas de désagrément en vue

ALM : De nouvelles dispositions relatives à la sûreté des installations maritimes et des navires vont entrer en vigueur demain, le 1er juillet. Qu’en est-il exactement?
Karim Ghellab : Précisons tout d’abord que ces dispositions sont très récentes. Elles entreront effectivement en vigueur le 1er juillet 2004. Ce sont des dispositions définies à l’échelon mondiale par l’Organisation maritime internationale (OMI). Ces dispositions prévoient un ensemble de procédures que nous avons commencé à préparer dès le mois de janvier dernier. Des réunions ont été tenues à l’échelon national et au niveau de chaque port. C’est d’ailleurs ce que prévoit le code ISPS. Dans chaque port, des commissions ont été constituées sous la présidence du commandant de port. Celui-ci, après la réalisation d’un diagnostic général, met en place un plan d’action, qui, à son tour, doit être audité par un cabinet externe référencé par l’Organisation maritime internationale.
Les ports marocains sont-ils aujourd’hui conformes aux dispositions prévues par le code ISPS?
Aujourd’hui, tous les ports ont réalisé la procédure dont je viens de vous parler et qui, rappelons-le, ne concerne pas uniquement le ministère de l’Equipement, mais notamment les forces de sûreté, la douane, etc. Chaque port a défini son plan d’action et chaque plan est en train d’être vérifié par le cabinet d’audit mandaté par le ministère de l’Equipement à travers la direction des ports et des domaines publics maritimes. En d’autres termes, tout se passe conformément au planning prévu par le code ISPS.
Qu’en est-il de la marine marchande?
Effectivement, il y a un certain nombre de mesures qui incombent à la marine marchande, aussi bien à l’administration qu’aux armateurs. À l’instar des ports, toutes les compagnies maritimes, qu’elles soient privées, publiques ou semi-publiques, ont un plan d’action qui est aujourd’hui totalement à jour.
Cette étape préliminaire, c’est-à-dire celle des plans d’actions, étant en cours d’achèvement, que reste-t-il d’autre à réaliser?
Dans le cadre de la série de mesures que chaque port doit entreprendre, il est nécessaire aussi de mettre en place des moyens de contrôle de type scanner à rayons X, aussi bien pour les marchandises que pour les passagers, afin d’augmenter le niveau de sûreté et de contrôle des biens et personnes qui traversent les ports. Dans ce cadre, donc, une commission conjointe a été constituée par les trois acteurs principaux, à savoir le ministère de l’Equipement, tutelle du secteur portuaire, le ministère de l’Intérieur, tutelle de la DGSN, et le ministère des Finances, tuteur de la direction des douanes. Cette commission a lancé un appel d’offres dont les plis ont été ouverts lundi matin. Cet appel d’offre prévoit l’équipement en scanner à rayons X pour les quatre principaux ports marocains, en l’occurrence, de Tanger, d’Agadir, de Nador et de Casablanca. Ce dernier, compte tenu de sa taille, aura droit à deux scanners à rayon X.
Nous allons donc passer un contrat avec l’entreprise qui sera retenue et nous procèderons à l’équipement de ces ports.
En somme, le Maroc est en retard par rapport à l’échéance du 1er juillet 2004…
Il faut préciser que la situation à l’international est tout à fait similaire à celle du Maroc. Ce code ISPS est nouveau à l’échelle mondiale. Nous sommes en train de faire auditer nos plans d’action, l’équipement est également en cours de finalisation. En tout cas, l’essentiel est l’engagement pris par le gouvernement marocain à se conformer aux dispositions ISPS et d’assurer la sûreté.
Nos navires n’auront-ils pas de problèmes dans les ports internationaux. Et quelles seront les conséquences sur le trafic maritime ?
Non, je ne pense pas que les navires marocains et le trafic maritime de manière général puissent subir un quelconque désagrément. C’est un équipement progressif qui se met en place à travers tous les ports dans le monde. Je peux vous assurer qu’aujourd’hui, à l’échelle mondiale, il n’y a pas plus d’une poignée de ports qui sont parfaitement équipés. Je tiens à préciser que sur cette question nous avons une visibilité parfaite.
Pour ce qui est des délais, quand les ports marocains seront conformes à 100% aux dispositions du code ISPS ?
Nous devons voir les délais contractuels que nous définirons avec les entreprises dont les plis, je vous le rappelle, ont été ouverts lundi matin. L’important est de voir qu’il y a une démarche sérieuse qui est entreprise par le gouvernement pour une mise en conformité avec ce code ISPS.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *