Grève des pilotes de la RAM : Karim Ghellab s’en mêle

Suite à la grève enclenchée, jeudi 3 septembre, par les pilotes de ligne de la RAM, une réunion a eu lieu vendredi à Rabat. Elle a rassemblé la direction de la RAM et l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL), en présence du ministre de l’Equipement et du Transport, Karim Ghellab. La réunion est destinée à faire le point sur la situation et sur les détails des revendications des pilotes et des propositions de la RAM. Cette rencontre vise à «définir une approche et une méthodologie de travail détaillée, basée sur des positions écrites pour avancer de manière constructive et positive sur ce sujet», a déclaré M. Ghellab à la presse dans une information relayée par la MAP. Et il a par ailleurs affirmé : «j’ai été surpris de voir que la grève a repris, alors que le dialogue avec la RAM continuait et allait dans le bon sens», rappelant que «la RAM, en tant qu’administration générale, avait fait des propositions qui avaient été acceptées dans le principe». De ce fait, cette grève a des conséquences extrêmement dommageables, surtout que c’est une période de pointe pour le transport aérien, avec le retour des MRE, le départ des étudiants qui poursuivent leurs études à l’étranger et la période de la Omra, s’est indigné M. Ghellab. Il a également souligné qu’elle a un impact sur le tourisme, un secteur sur lequel le Maroc parie, notamment, pour la création de 80.000 emplois. Le ministre a ajouté, qu’il s’agit là de conséquences importantes sur la RAM et sur sa pérennité. «Aujourd’hui, les pilotes de ligne misent sur un changement de position de la RAM en tant qu’administration, alors que la compagnie avait déjà souligné, dans un communiqué, qu’elle maintient ses propositions et qu’elle n’a fait aucune volte-face», a t-il expliqué. Et de rappeler que «le gouvernement a jusqu’à présent suivi de près ce sujet et s’est assuré que la RAM, à travers la location d’avions, opère un grand pourcentage des vols programmés. Ainsi, plus de 85% des vols ont été effectués pendant cette période pour qu’il n’y ait pas d’impacts insurmontables sur les usagers». Et il n’a pas manqué d’ajouter que «le gouvernement a également encouragé le dialogue interne». Ainsi, le ministre a appelé à «un retour à la sérénité et à un arrêt immédiat de la grève, puisque le dialogue est ouvert et qu’il est renforcé par l’action directe». Pour sa part, le président-directeur général de la RAM, Driss Benhima, s’est dit surpris par le déclenchement de la grève, alors qu’il venait de rencontrer des représentants de l’AMPL et qu’un accord définitif était envisageable lundi. «J’ai été extrêmement surpris par une grève sauvage une demi-heure avant son déclenchement et qui nous met dans une situation très difficile», a-t-il déclaré. Et d’ajouter : «Nous sommes en négociation et il n’y a pas lieu de faire grève pendant les négociations alors que le dialogue continue et que nous savons qu’il y a encore des malentendus qui ne portent plus sur la marocanisation».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *