Hakima Himmich : «Une accusation fallacieuse»

Hakima Himmich : «Une accusation fallacieuse»

ALM : Le réseau des ONG marocaines de lutte contre le sida accuse l’ALCS d’avoir laissé comprendre aux donateurs marocains que leurs contributions seraient distribuées à toutes les associations ?
Hakima Himmich : C’est une accusation complètement fallacieuse. Nous avons les preuves. D’abord, dans toute nos communications, que ce soit à travers les affiches publicitaires ou les annonces télé ou radio, le logo de l’ALCS est clairement affiché. Nous n’avons caché à personne que l’action est initiée par nos soins. Au contraire, nous en sommes très fiers. Autre preuve, les chèques sont libellés au nom de l’ALCS. Il y a également eu un contrat en bonne et due forme, entre notre association et 2M, pour la réalisation du Sidaction. Si nous avons pu réaliser cette action, c’est aussi parce que les sponsors ont répondu à l’ALCS. Cela veut dire veut dire que les sponsors nous font confiance et qu’ils ont de l’estime pour notre association.

On vous reproche d’avoir laissé croire que l’action concernait l’ensemble des acteurs de la société civile. Avez-vous induit l’opinion publique en erreur ?
Personne n’a été induit en erreur dans cette affaire. Le logo de l’ALCS a été affiché partout. En plus de ça, le Haut patronage de S.M. le Roi a été accordé à l’ALCS et à personne d’autre. C’est vraiment dommage de perdre tant d’énergie dans de telles futilités, alors que nous avons vécu un événement extraordinaire.

Les autres associations vous accusent d’avoir transformé le Sidaction en une opération de marketing en faveur de votre association ?
L’ALCS a été créé en 1988. On comptait à l’époque 24 cas de sida. Nous avons été les seuls au niveau des pays du Maghreb pendant cinq ans. Notre association a été reconnue d’utilité publique en 1993. Par ailleurs, l’ALCS est de loin le plus grand partenaire du ministère de la Santé. Nous avons été reconnus au niveau international et nous sommes membres du comité exécutif de plusieurs réseaux. Que l’ALCS organise un tel événement est plus que légitime. La personne qui nous critique semble oublier qu’en 1994, nous avons organisé une action semblable. Et bizarrement, à l’époque, l’OPALS n’a pas réclamé de se joindre à l’événement. Probablement parce qu’on a pensé que ça ne devait pas rapporter grand-chose. Mais cette fois-ci, ça a rapporté et c’est pour cette raison que nous sommes attaqués aujourd’hui.

Vous avez contacté les autres associations pour les inviter au Sidaction, mais vous auriez dû attirer l’attention sur le fait que les fonds collectés ne seront partagés avec aucune autre association ?
Je les défie de trouver une seule communication où nous parlons de la répartition des fonds collectés et ceci pour la simple raison qu’on ne savait même pas si on allait entrer dans nos fonds. Et d’ailleurs je vais vous annoncer une première. Il n’est pas question de partager un fromage avec quiconque, même pas avec les 16 sections de l’ALCS. Ce que nous allons faire en fait, c’est lancer un appel d’offres en début 2006. A ce moment-là, toutes les associations qui travaillent dans le domaine de lutte contre le sida pourront répondre à cet appel à projets. Personne n’aura de chèques en blanc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *