Herzenni : « Que la loi soit respectée »

Herzenni : « Que la loi soit respectée »


ALM : Pourquoi cet appel, maintenant, alors qu’il y a eu d’autres précédents non moins graves ?
Ahmed Herzenni : Nous avons eu l’impression, durant les deux dernières semaines, qu’il y a eu un changement « qualitatif » par rapport à l’avant. Et puis, à la différence de ce qui se passait avant, il y a eu des conjonctions assez étonnantes entre ce qui s’est passé à Laâyoune et Rabat, la sortie médiatique de la dénommée Nadia Yassine et le ton adopté par la presse, j’insiste sur le ton démoralisateur d’une partie de la presse. C’est cette conjonction qui a fait que nous avons senti qu’il fallait sortir de notre  réserve et dire à tous ces gens-là «Assez !».
Quand le drapeau national commence a être brûlé, ceci est quelque chose de révoltant qui doit pousser à réagir, sinon on devient complice.

Des voix appellent tout de même à débattre avec les auteurs de ces sorties. Qu’en pensez-vous ? 
Moi, j’ai débattu avec les islamistes pendant plus de vingt ans et ils savent que je ne suis pas anti-islamiste. Au contraire, certains membres de ma mouvance politique, de gauche, m’ont souvent reproché d’avoir un faible pour les islamistes. Quand je proteste contre les déclarations de Nadia Yassine, je ne saurais être accusé d’un préjugé contre elle et contre les islamistes. Ma profonde conviction est que l’islamisme n’est pas incompatible avec la démocratie. Sauf qu’il y a de fortes présomptions que Nadia Yassine n’en est pas une (démocrate).

Quel devenir prévoyez-vous pour cette démarche ?
Le devenir de notre démarche dépend des citoyens qui vont réagir à cet appel, lui impartir un destin. J’ai reçu, par exemple, une vingtaine de demandes de souscription à peine un quart d’heure après son lancement. Il faut noter toutefois que les gens agissent comme citoyens, abstraction faite de ce qu’ils peuvent être ou représenter par ailleurs.

Vous demandez à faire jouer la loi. Ne craignez-vous pas que ce soit interprété comme appel à la répression ?
Le texte de l’appel est des plus clairs. Il y a eu du laxisme, peut-être voulu pour laisser un large champ d’expression. C’est une bonne analyse, mais il y a eu des excès qui imposent de mettre le Hola. Cela ne veut pas dire que l’on est pour quelque excès de zèle. Nous sommes contre tous les dérapages d’où qu’ils viennent. Que la loi soit respectée et appliquée par et pour tous !

Vous rejoignez donc ceux qui disent qu’il y a une grande différence entre opinions et délits ?
Toutes les opinions, en principe, sont légitimes. Toutefois, leurs auteurs doivent savoir les exprimer de manière à ne pas porter atteinte aux valeurs supérieures de la Nation. Car c’est d’atteinte à la Nation, en définitive, qu’il s’agit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *