Histoire d’une bonne nouvelle

«Ecoutez, quand ça se fera, il y aura un communiqué en bonne et due forme qui sortira du ministère de la Maison Royale et qui annoncera l’événement». C’était la réponse du Souverain à une question du directeur adjoint de la rédaction, Charles Lambroschini, qui lui demandait de confirmer la nouvelle de ses fiançailles, annoncée par «Paris-Match » pour septembre 2001. Le journaliste essaie alors de «relancer» en demandant si Sa Majesté donnerait le scoop au Figaro. S.M. le Roi avait alors eu cette réponse : « Je préfère parler d’information, pas de scoop.
Et cette information, c’est d’abord à mon peuple que je la réserve». Et le 12 octobre 2001, un communiqué du ministère de la Maison Royale, du protocole et de la chancellerie annonçait « à l’ensemble du peuple marocain la bonne nouvelle des fiançailles d’Amir Al Mouminine, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu le préserve, avec Mademoiselle Salma Bennani, fille de Haj Abdelhamid Bennani et de la défunte Naïma Bensouda».
Quelques semaines plus tard, le 31 octobre 2001, et alors qu’il effectuait une tournée dans les provinces du Centre et du Sud, Sa Majesté le Roi a accordé une interview au Magazine Paris Match à Ouarzazate. Anne Sinclair n’a pas manqué d’évoquer le sujet des fiançailles du Souverain et lui avait demandé la date du mariage. Le Souverain avait répondu: «Le mariage est fixé au premier trimestre de l’année prochaine. Le temps nécessaire à l’aménagement en cours de notre future résidence. En ce qui concerne ma fiancée, Salma Bennani, nous nous sommes rencontrés il y a un peu plus de deux ans. Elle est ingénieur en informatique, elle n’est pas la fille d’un banquier comme on l’a dit, mais d’un enseignant qui demeure à Fès». Et à la question de savoir si le mariage du souverain allait modifier le statut de la femme du Roi, le Souverain avait répondu qu’ «il n’y a pas de reine en Islam, (et que) la question ne se pose donc pas, en tout cas au Maroc», avant d’ajouter que cela ne changerait rien à ses habitudes.
Anne Sinclair fait alors remarquer que le fait que le mariage soit célébré, est assez nouveau, et demande au Souverain s’il avait « voulu donner une touche de modernité, de normalité, à son couple». Sa Majesté Mohammed VI avait eu cette réponse : « -Normalité- me convient. C’est tout à fait normal de célébrer son mariage. C’est la formule que nous avons choisie conjointement. Nous allons donc célébrer notre mariage comme tous les autres couples, dans la joie et dans la fête!».
Le 19 mars 2002, un communiqué du ministère de la Maison Royale, du protocole et de la chancellerie annonce au peuple marocain la nouvelle du mariage de S.M. le Roi Mohammed VI et la conclusion de l’acte de mariage qui aura lieu ce jeudi 21 mars 2002. Une nouvelle qui fera vite le tour du monde, relayée par les agences de presse internationale et par les principaux médias notamment dans le monde arabe et en Europe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *