Hjira n’a pas été cible de jet de pierres, selon les autorités de Fès

Dans une mise au point, dont copie est parvenue mardi à la MAP, relative à l’information rapportée à ce sujet par certains journaux, la wilaya précise que la délégation officielle a effectué l’ensemble des activités programmées et  n’a pas procédé à l’annulation ou à la suspension du programme d’inauguration. La Wilaya a indiqué que le projet de Dhar Mehraz, construit selon des normes de qualité supérieure, a bénéficié d’un soutien sans précédent, soulignant que "les incidents qui ont eu lieu n’ont rien à voir avec l’adhésion  des bénéficiaires" à la philosophie du projet.

Voici, par ailleurs, la traduction du texte intégral de cette mise au point :

"Certains quotidiens nationaux, qui ont participé à la couverture des activités relatives au lancement de plusieurs projets d’habitat dans la ville de Fès concernant le quartier de Dhar Mehraz, l’un des plus grands bidonvilles au plan national, ont fait état d’incidents regrettables qui ont eu  lieu au moment où le ministre chargé du Logement et de l’urbanisme et la délégation l’accompagnant donnaient le coup d’envoi de la 2-ème tranche du programme de relogement des habitants de Dhar Mehraz et procédaient à la remise des clés aux familles bénéficiaires de la première tranche.

Compte tenu des informations contradictoires et exagérées et dont certaines sont erronées, nous voudrions fournir des éclaircissements à leur sujet et éclairer l’opinion publique à cet égard.

Il convient de rappeler que la délégation officielle n’a aucunement été la cible de jets de pierres de la part de certains citoyens présents sur les lieux  suite à des altercations avec les forces de l’ordre, comme en témoigne l’état intact des véhicules du cortège officiel.

Ces événements n’ont pas empêché la délégation d’achever toutes les activités programmées dans ce quartier, puisqu’elle a posé la première pierre pour la réalisation de la deuxième tranche du projet et visité le siège de la nouvelle succursale du Crédit immobilier et hôtelier (CIH), appelée à accorder,  sur place, aux bénéficiaires toutes les facilités de financement pour l’acquisition de logements, à travers le fonds de garantie Fogarim. La délégation officielle a également visité certains appartements où elle a été accueillie par les premières familles résidantes. La délégation a ensuite remis les clés aux dix premières familles bénéficiaires.

Dhar Mehraz ne peut être interprété comme étant une non-adhésion des habitants à la philosophie du projet. Preuve en est que 372 des 649 familles bénéficiaires de la première tranche, ont versé partiellement ou totalement, durant les six derniers jours, date du début de la commercialisation, les montants dont ils doivent s’acquitter et que les autres familles sont en train de constituer leurs dossiers pour pouvoir bénéficier de ce projet. L’interprétation de ces événements reste, à coup sûr, liée à d’autres causes.

Il est à rappeler que le projet de relogement des habitants du bidonville de Dhar Mehraz, objet de la visite, bénéficie à 2750 familles et fait partie des projets suspendus depuis plusieurs années à cause d’obstacles liés au montage financier et aux difficultés de gestion sociale.

Concernant le coût des 660 appartements, objet de la première tranche, il bénéficie d’un important soutien financier de la part de plusieurs parties (notamment le Fonds Hassan II, le budget général de l’Etat, le Conseil de la ville et l’Etablissement régional d’aménagement et de construction), et s’élève à 70 millions de dirhams, soit 65,3 pc du coût global, d’autant plus que l’Agence de logement militaire a mis le foncier à la disposition du projet en contrepartie du dirham symbolique.

Ce soutien, sans précédent, a permis aux familles bénéficiaires de rembourser graduellement et avec des conditions préférentielles le prix global d’appartements construits selon des normes de qualité et de sécurité supérieures. Ce prix est fixé à 45.000 dirhams pour les appartements de 60 m2 et à 55.700 dirhams pour les appartements d’une superficie de 68 m2, alors que sur le marché immobilier ordinaire, la valeur de ces appartements dans la même région se situe entre 200 et 250 mille dirhams.

A noter également que l’implication large et effective des bénéficiaires de ce projet est le couronnement de consultations qui ont duré plusieurs semaines entre la Commission locale, présidée par le wali de la région, et les amicales des habitants et qui ont permis de réunir toutes les conditions d’impartialité et de transparence dans l’octroi des appartements".

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *