Iles Canaries ou la prospérité durable

L’archipel des Canaries est situé dans l’Atlantique nord, à 1.500 km de distance environ du sud-ouest du littoral espagnol et est divisé en deux provinces : celle de Las Palmas de Gran Canaria avec les îles orientales de Gran Canaria, Lanzarote et Fuerteventura, et celle de Santa Cruz de Tenerife avec les îles occidentales de Tenerife, La Palma, La Gomera et El Hierro.
Cette destination réunit tous les ingrédients nécessaires à la réalisation de vacances exceptionnelles. Les Canaries sont un continent de sensations qui, en plus d’un climat d’éternel printemps, proposent des infrastructures touristiques de premier ordre. C’est la destination touristique privilégiée quelle que soit la saison de l’année. Et ce n’est donc pas un hasard que l’archipel, qui compte un nombre d’habitant ne dépassant pas les 1.142.523 habitants et à une superficie qui se limite à 7.242 km2, accueille chaque année quelque 12 millions de touristes, essentiellement allemands, mais aussi anglais et scandinaves, ainsi que du reste de l’Europe et des Etats-Unis. Tenerife et Lanzarote sont les deux îles les plus fréquentées.
Sa proximité par rapport à l’Europe, sans parler des quelques dizaines de kilomètres qui les séparent du Maroc, en plus d’une politique de prix qui restent singulièrement attractifs jusque dans le grand luxe, participent également à ce grand succès touristique. D’origine volcanique, les Canaries sont un véritable paradis naturel, caractérisé par d’imposantes formations géologiques et une luxuriante végétation qui est le siège de nombreuses espèces originales et de quelques rarissimes exemplaires de flore tertiaire. Au delà des stations balnéaires bétonnées consacrées au tourisme de masse, les sept îles de cet archipel volcanique constituent la région d’Espagne qui compte le plus de parcs naturels.
Les ressources agricoles de l’archipel sont variées grâce à l’irrigation des plaines littorales, notamment à Tenerife: céréales (blé, orge), bananes, agrumes, primeurs, vigne, tabac. La pêche est l’une des activités essentielles des Canaries. L’activité industrielle est présente, en particulier à Santa Cruz de Tenerife, qui est aussi un port d’escale et de commerce, et à Tenerife. À Santa Cruz de Tenerife: métallurgie, industrie agroalimentaire, raffinerie de pétrole. À Tenerife: verrerie, briqueterie, conserveries, tabac, raffinerie de pétrole. Néanmoins, le tourisme est très actif dans l’archipel.
Les conditions géographiques propres aux Canaries confèrent à leur économie des caractéristiques spéciales qui ont entraîné l’application de mesures économiques et financières spécifiques. A l’origine, le décret de 1852 qui concède aux Canaries le régime des ports francs : pas de droits tarifés ni autres impôts à l’importation. Les monopoles fiscaux de l’Etat n’y trouvent pas application. En même temps, certaines activités assujetties ailleurs à l’impôt sur l’activité des entreprises (aujourd’hui I.V.A.) en sont exemptées. Conséquemment, certaines zones de l’archipel furent classées « zones préférentielles pour l’implantation d’industrie » avec les incitations fiscales et autres avantages afférents. Il s’agit d’un ensemble cohérent de mesures incitatives, pour le développement économique et social insulaire à travers le commerce, l’agriculture et le trafic des marchandises des deux grands ports. Ce régime des ports francs qui a connu des modifications ultérieures, est consacré par l’actuelle loi visant à actualiser le régime des franchises comme à promouvoir le développement de l’archipel. Un développement sans cesse croissant.

• Tarik Qattab
Sources : Sites internet

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *