Immigration : Nouakchott réclame de l’aide pour contrôler ses frontières

"Nous ne pouvons pas contrôler les frontières terrestres et maritimes, qui sont très étendues. Nous ne pouvons pas résister à cette pression croissante. Nous avons besoin d’aide (…), de tous les moyens possibles: bateaux, avions, véhicules…", dit-il dans un entretien publié jeudi par le journal espagnol El Pais.

"Il est nécessaire de mobiliser la communauté internationale, notamment l’Union européenne et surtout l’Espagne en raison de sa promixité avec la Mauritanie", insiste-t-il.

Les autorités mauritaniennes admettent avoir été surprises par le "rythme intense" de l’immigration clandestine dans leur pays au cours des derniers mois. "Ce qui s’est passé est inimaginable. En 2005, nous avons arrêté 3.900 immigrants clandestins qui s’apprêtaient à embarquer pour les Canaries, et seulement en l’espace de deux mois (depuis le début 2006) nous en avons arrêté 1.200", a-t-il indiqué.  "Un pays ne peut pas affronter seul un tel phénomène", martèle-t-il.

Selon le Premier ministre mauritanien, les "trafiquants (d’immigrants) sont basés dans le sud et l’est de l’Afrique occidentale subsaharienne".

Deux secrétaires d’Etat espagnols devaient se rendre jeudi à Nouakchott pour proposer à la Mauritanie un plan de coopération sur l’immigration. Ils se déplaceront également au port de Nouadhibou où se sont concentrés depuis deux mois des milliers d’Africains candidats à l’"Eldorado européen".

Le nombre d’émigrants clandestins interceptés par les forces de sécurité canariennes a plus que triplé entre janvier et mars par rapport au premier trimestre 2005, pour atteindre mercredi 3.031 personnes.

Vingt-quatre corps d’émigrants africains, noyés en tentant la périlleuse traversée, ont été retrouvés mercredi dans l’Atlantique par un navire-hôpital espagnol, à 400 milles marins (720 km) au sud des Canaries et 70 milles (130 km) à l’ouest de Ras Nouadhibou (Cap blanc), dans le nord de la Mauritanie, selon la préfecture des Canaries.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *