Incertitudes sur l’ouverture du plus grand collège musulman de France

"Tous les documents dont je dispose conduisent à la plus extrême prudence, voire à l’opposition" à ce projet, a affirmé Alain Morvan, lors de l’inauguration d’un établissement scolaire à Lyon.

Au cas où ce collège obtiendrait l’autorisation du recteur qui doit rendre sa décision définitive d’ici jeudi, cet établissement serait le deuxième groupe scolaire musulman de France, et le premier en taille, devant le lycée Averroès de Lille (nord), qui accueille 100 élèves.

"Ce qui m’inquiète, c’est l’absence apparente de sécurité. Or, je ne peux engager la responsabilité de l’Etat sans garantie", a relevé le recteur, qui a motivé son opposition à l’ouverture du collège par des problèmes de pollution existant sur le site choisi par l’association porteuse du projet, occupé jusqu’en 2001 par un fabricant industriel.
"Je me suis rendu sur place et j’ai constaté à proximité du site la présence d’une conduite de gaz à haute pression, et j’ai pu voir que la grille de protection qui l’entoure n’était pas en bon état", a-t-il souligné.

Le recteur qui a souligné avoir le plus grand respect pour l’islam et s’est défendu de toute opposition de principe à l’ouverture d’un établissement scolaire musulman, a relevé toutefois qu’il ne faut pas traiter à la légère des risques environnementaux.

La direction d’Al-Kindi qui s’insurge contre l’opposition du recteur, dit avoir obtenu les autorisations de la mairie, de Gaz de France et de la commission de sécurité Pour le vice-président de l’Union des organisations islamiques de France et directeur du Collège, Hakim Nazir, l’établissement s’inscrit ""dans une dynamique plus large pour former des cadres de référence musulmane, avec une triple culture : française, arabe et musulmane".

Avec 23 professeurs diplômés, des locaux spacieux et un programme ambitieux, ce collège musulman "entend se positionner comme un établissement d’élite plutôt que confessionnel", selon l’association Al-Kindi porteuse du projet.
Près de 600.000 euros ont été récoltés auprès de donateurs pour remettre l’ancien bâtiment industriel aux normes et acquérir le matériel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *