Inventaire des rêves de Cheikh Yassine

Inventaire des rêves de Cheikh Yassine

Deux semaines à peine nous séparent de 2007 et de la fin d’une année promise par Abdeslam Yassine comme étant l’année de la "Qawma" (le grand soulèvement). Jusque-là, rien de notoire ne s’est produit sous le ciel marocain excepté la mise en chantier de plusieurs réformes et projets décisifs pour le pays. Toutefois, Al Adl Wal Ihssane croit toujours, dur comme fer, à la prémonition (imprécise) de son guide et ses membres continuent de se relayer pour narrer leurs rêves et visions à propos des prochaines victoires supposées. Même que la "cartésienne" Nadia Yassine est revenue à la charge pour dire que la Jamaâ de son père ne saurait remettre en doute les paroles (sacrées ?) de ce dernier.
Dans sa dernière sortie médiatique, la porte-parole d’Al Adl Wal Ihssane affirme considérer les visions des siens comme des «missives de l’au-delà qui incitent à la quiétude». Pour elle, l’année 2006 n’est pas encore terminée puisqu’il nous reste encore «des jours, des nuits, des heures, des milliers de minutes et de secondes et que tout est possible, par la volonté divine, à tout moment».
L’hérésie des visions et des rêves des adeptes de Abdeslam Yassine ne datent pas d’hier. Mais le guide de la Jamaâ a fait fort en septembre 2005 de rallumer la flamme des siens. Dans une lettre adressée à ses adeptes, le guide d’Al Adl annonce, sans trop de précisions, que 2006 serait l’année de la "Qawma". Depuis, c’est une véritable frénésie qui s’est emparée des adlistes.  Il y a quelques mois, lors de manifestations contre la publication des caricatures du Prophète Mohammed (une autre aubaine pour Al Adl), un groupe de manifestants s’en est pris aux adlistes. Les premiers estimaient que la Jamaâ, par les rêves de ses membres, leur diffusion à large échelle et l’usage qui en est fait pour sacraliser Abdeslam Yassine, a fait pire que les caricatures du journal danois. A y voir de près, il y avait et il y a de quoi faire sortir tout bon musulman de ses gonds.
Ainsi, un disciple de Yassine affirme avoir vu, dans un rêve, le Prophète Mohammed en train de feuilleter, en en acquiesçant le contenu, "Al Minhaj Annabaoui" (La voie du Prophète), livre de Abdeslam Yassine avant d’y insérer un sabre pour le remettre à ce dernier. Dans le rêve d’un autre adliste, c’est Yassine qui se trouve au bout d’un chemin. Quand le rêveur s’informera auprès du Prophète, ce dernier lui fait signe de suivre l’homme, pas moins.
Dans une autre vision, c’est un adepte du cheikh qui affirme avoir vu une tente éclairée d’une lumière éblouissante au-dessus du domicile de Abdeslam Yassine. Répondant à sa question, un ange lui explique que c’est pour "protéger Abdeslam Yassine et la Jamaâ contre toute action de l’Etat".
Dans la majorité des rêves et des visions des adlistes, Abdeslam Yassine est toujours en présence du Prophète avec la présence des mêmes composantes d’un décor d’Eden : de la lumière, des effluves d’encens et de gigantesques déploiements d’anges.
Pire encore, les deux sont présentés sur un même pied et se partagent les mêmes lumières célestes. C’est ainsi qu’un adliste, qui a visiblement trop forcé sur la dose, affirme avoir vu, dans ses rêves, le Prophète arriver sur un cheval blanc. Il met alors pied à terre et demande à Abdeslam Yassine d’enfourcher la monture. Une fois le cheikh installé, le Prophète donne une tape sur la croupe du cheval et demande à Yassine de "faire le reste du parcours". L’on ne peut faire pire en guise d’insulte au dernier des prophètes. "Vous avez la chance d’avoir cet homme". Le compliment, cette fois, est encore proféré par le Prophète Mohammed à l’endroit du guide de la Jamaâ.
Un autre "rêveur" parle, pour changer, du Prophète Abraham qui rend visite à un regroupement des adlistes et leur demander de "persévérer". Ailleurs, on change de registre et cette fois, c’est un autre membre de la Jamaâ qui rêve de l’Archange Gabriel qui vient assister à un conclave d’Al Adl Wal Ihssane et dire aux présents que les «anges sont toujours avec vous».  Pour ne pas monopoliser les rêves des siens, Abdeslam Yassine se permet d’en être absent de temps à autre pour céder la place à l’un ou l’autre des responsables de son association et notamment des membres du Conseil d’orientation (Majliss Al Irchad). A maintes reprises, des théologiens marocains, mais aussi étrangers, sont montés au créneau pour contester le caractère à la limite du blasphème des visions des membres de la Jamaâ. Selon des sources informées, les éclaircissements pertinents des Ouléma ont poussé plusieurs personnes à quitter la barque d’Al Adl Wal Ihssane.
Certains de ces ex-membres mènent aujourd’hui un travail de salubrité publique en sensibilisant aux graves dérives d’Al Adl Wal Ihssane et, surtout, en ce qui concerne la place accordée à Abdeslam Yassine, élevé par les siens au rang des Prophètes et des Apôtres.


 Les contradicteurs de Yassine passent au Net


Dernièrement, une nouvelle catégorie de contradicteurs de Abdeslam Yassine s’est manifestée de manière des plus pertinentes. Leur réaction se situe toujours sur le même terrain de la théologie et de l’analyse documentée. Il s’agit des animateurs du portail "khorafa.org" qui recensent et démontent, preuves à l’appui, les hallucinations adlistes. Sur ce portail, on retrouve aussi l’avis de grands Ouléma à propos des visions du cheikh et de ses adeptes, mais aussi des vidéos pour expliquer, par l’image et le son, les graves dérives "non orthodoxes" de celui qui promet la "Qawma" pour 2006. Ils animent aussi des forums de discussion et de débat autour de la Jamaâ, ses "mythes fondateurs" et ses méthodes. Longtemps tenus dans l’anonymat, certains de ces cyber-contradicteurs de Yassine ont fini par se manifester publiquement et dire ses quatre vérités à Al Adl. Pour les autres, ils disent craindre pour leur vie et affirment, qu’en avançant cet argument, ils savent de quoi ils parlent. Normal, puisqu’ils ont passé de longues années dans les rangs de Al Adl Wal Ihssane.
Voir les détails à l’adresse www.khorafa.org


Quand Ahmed Raïssouni apporte sa touche

Parmi les avis émis par le prolifique Ahmed Raïssouni, ex-président du MUR (Mouvement unicité et réforme), on retiendra sa sortie à propos des visions de Abdeslam Yassine. Ahmed Raïssouni, qui a quitté le Maroc pour s’installer en Arabie Saoudite avait affirmé que ces visions étaient contraires à l’Islam et à ses préceptes en donnant des explications et en allant puiser dans les œuvres de grands théologiens. Entre son mouvement, base-arrière du PJD (Parti de la justice et du développement) et Al Adl Wal Ihssane, cela n’a jamais été le grand amour. Pour Abdeslam Yassine, le PJD, mais aussi tous les islamistes qui ont accepté les règles du jeu de la démocratie, sont des "traîtres", voire des "vendus", qui courent derrière les postes et qui sont attirés par le pouvoir.
Toutefois, Al Adl ne manque pas de sympathisants chez les amis de Saâd Eddine El Othmani.  A Tétouan, l’été dernier, le secrétaire général du PJD a été sévèrement critiqué par sa base pour ne pas avoir exprimé de solidarité avec Al Adl Wal Ihssane en confrontation avec les autorités.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *