Investissement : Création d’un comité «Doing Business» à Casablanca

Investissement : Création d’un comité «Doing Business» à Casablanca

Le grand Casablanca sera doté d’un comité Doing Business. C’est le fruit d’un partenariat qui vient d’être scellé, mardi 20 mai dans la matinée, entre le Centre régional d’investissement (CRI) et la Société financière internationale (SFI) du Groupe Banque mondiale.
Objectif :  Améliorer le processus de création d’entreprises à Casablanca. Ce comité aura pour principale mission de piloter l’évolution des indicateurs servant au classement «Doing business», notamment pour ce qui est de la facilité de faire des affaires et d’entreprendre toute action à même d’améliorer le climat des investissements dans le Grand Casablanca.
«L’objectif de création d’entreprises en 24heures n’a pas été atteint», ainsi Mohamed Kabbaj, wali du Grand Casablanca, a-t-il introduit les raisons de ce partenariat, citant par la même occasion les autres objectifs qui avaient été tracés pour améliorer la compétitivité du Maroc. Et d’ajouter qu’«il est temps de faire une remise en cause pour verser dans les aspirations royales sur le volet du développement de l’investissement». Concrètement, la convention de partenariat qui a été signée consiste en le financement d’une étude dont le but est d’établir un diagnostic complet du processus de création d’entreprise et de proposer un plan d’action pour un re-engeneering complet des procédures. Le projet, financé conjointement par le Groupe Banque mondiale et USAID Maroc, a pris comme première étape le site pilote du Grand Casablanca avant de le généraliser sur les autres CRI du Maroc.  Le Grand Casablanca se trouve, ainsi, être le premier pas d’un programme national de restructuration, afin de tester la conformité des procédures aux différentes politiques nationales, et de vérifier que de telles procédures seront réplicables dans d’autres régions du Maroc. Et ce choix n’est pas aléatoire. «La perception du Maroc, dans le cadre de l’élaboration du rapport Doing Business de la Banque Mondiale, se fait par rapport à Casablanca puisqu’elle est la capitale économique», a souligné Hamid Benelafdil, Directeur du CRI du Grand Casablanca.
Dans ce cadre, des groupes de travail, par indicateurs, seront créés dans le cadre du comité Doing Business. «L’idée est de chercher d’éventuelles pistes pour améliorer le climat des affaires», ajoute M. Benelafdil.
C’est, donc, un passage à la vitesse supérieure pour le Maroc en se lançant dans la totale refonte de ses procédures d’investissement.
Celles-ci se verront simplifiées, rattachées à de courts délais, mais surtout allégées des lourdeurs bureaucratiques qui amputaient l’attractivité de l’environnement des affaires auparavant. Aussi, est-il question d’une réduction des coûts des procédures pour inciter l’investissement direct national et étranger.
Dans cette refonte, le CRI, la SFI et l’USAID, travailleront en étroite collaboration avec l’ensemble des parties prenantes dans le processus de création d’entreprises, partant du ministère de l’Intérieur, passant par la wilaya du Grand Casablanca et les provinces et préfectures de la région,  le ministère du Commerce, l’OMPIC, le ministère des Finances à travers la Direction générale des impôts, le ministère de la Justice, la CNSS ainsi que les associations professionnelles et instances représentatives du secteur privé. Cet accord est le fruit de plusieurs réunions tenues entre les représentants de la SFI et ceux du Centre régional d’investissement de Casablanca (CRI), et à la publication et à la présentation par le Groupe Banque mondiale au gouvernement marocain du rapport Doing Business, dont l’objet est de mesurer sur la base de dix familles d’indicateurs, pour les 178 pays concernés par l’étude, leur propension à favoriser l’investissement privé, puis d’établir un classement sur cette base. Le projet objet de cet accord sera mené par SFI en collaboration avec l’Agence américaine pour le développement international (USAID) Maroc. Ont pris part à la cérémonie de signature de la convention, Nizar Baraka, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Affaires économiques et générales, Michael Klein, vice-président du Groupe Banque Mondiale en charge du développement du secteur privé et économiste en chef pour la Société financière internationale, le Wali du Grand Casablanca, Mohamed Kabbaj, Hamid Benelafdil, Directeur du Centre régional d’investissement du Grand Casablanca et Joumana Cobein, chef du bureau de la SFI au Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *