Israël tue 19 membres d’une expédition humanitaire internationale

Israël tue 19 membres d’une expédition humanitaire internationale

Le Royaume du Maroc dénonce vigoureusement l’ignoble attaque israélienne perpétrée, lundi matin, contre la flottille humanitaire en route vers Gaza, a déclaré, à Nice, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Taïeb Fassi Fihri. Cinq Marocains prennent part à cette expédition humanitaire internationale qui a tourné au carnage en haute mer. À l’heure où nous mettions sous presse, le sort de ces participants marocains n’a pas encore été connu. Parmi cette délégation figurent Wassima Bensaleh, correspondante permanente du quotidien El Massae en Turquie et Abdelkader Amara, membre du secrétariat général du PJD. «Après les attaques de la flottille, nous avons perdu tout contact avec nos représentants marocains», a souligné à ALM Khalid Sefiani, président du Groupe national du travail pour le soutien de l’Irak et de la Palestine. Ce groupe qui a toujours soutenu la cause palestinienne dénonce cette attaque isarélienne. «Ce que nous observons aujourd’hui est un crime contre l’humanité. Israël a atteint le summum du terrorisme. Des civils innocents ont péri suite à la barbarie sioniste», a déclaré M. Sefiani. Et de poursuivre : «En tant qu’acteurs associatifs, nous sollicitons le monde arabe et musulman d’intervenir incessamment pour qu’Israël comparaisse devant la Cour pénale internationale». Pour sa part, Lahcen Daoudi, secrétaire général adjoint du PJD déplore la situation dans les côtes palestiniennes. «La sauvagerie sioniste n’est pas chose récente. Israël est l’Etat le plus injuste au monde. C’est la Turquie qui nous apprend aujourd’hui des leçons, alors que les régimes arabes ont toujours manifesté un mutisme face à la cruauté Israélienne», a noté M. Daoudi. En effet, la flottille humanitaire internationale qui faisait route vers la bande de Gaza a été prise d’assaut, lundi matin, par la marine israélienne. Ainsi, Israël a mis en application ses menaces afin d’entraver l’accostage du convoi organisé par la «Coalition de la flottille de la liberté» sur les côtes de Gaza. Par conséquent, deux bateaux turcs de la flotte humanitaire qui regroupent près de 700 personnes, ont été la cible des attaques sanglantes d’une opération commando menée par Israël. Selon une chaîne de télévision israélienne citée par l’AFP, un premier bilan dévoile la mort de 19 personnes et 36 autres blessés dans les eaux internationales. Des centaines de manifestations ont au lieu dans les capitales mondiales et différentes personnalités de la sphère politique internationale ont condamné les agressions israéliennes. Selon un communiqué de l’Elysée, Nicolas Sarkozy critique «l’usage disproportionné de la force par Israël», exigeant «toute la lumière sur cette tragédie». Pour sa part, Catherine Ashton, chef de la diplomatie de l’Union européenne, a réclamé une enquête sur les circonstances menées par Israël lors d’un entretien avec Avigdor Lieberman, ministre israélien des Affaires étrangères. D’après William Burton, porte-parole de la Maison-Blanche, «les Etats-Unis travaillent à éclaircir les circonstances entourant cette tragédie». Par ailleurs, la Ligue arabe devra tenir aujourd’hui au Caire une réunion extraordinaire pour décider des mesures à prendre après ce raid meurtrier. En ce qui concerne la Turquie, elle a demandé lundi une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU et rappelé son ambassadeur en Israël, en réaction contre le raid meurtrier israélien sur la flottille d’aide pro-palestinienne. «Notre ambassadeur en Israël a été rappelé à Ankara», a déclaré devant la presse le vice-Premier ministre turc, Bulent Arinc. Qualifiant l’attitude israélienne de «piraterie», M. Arinc, qui a confirmé que son pays avait demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité, a également fait état de l’annulation de préparatifs pour des manœuvres militaires conjointes avec Israël. La Turquie avait énergiquement condamné lundi l’attaque contre la flottille d’aide pro-palestinienne, prévenant l’Etat hébreu des «conséquences irréparables» de cet acte «inhumain» sur les relations bilatérales. «Quelle que soit la raison, une telle action contre des civils impliqués seulement dans des activités pacifiques est inacceptable», avait souligné un communiqué du ministère turc des affaires étrangères. En outre, Amnesty International a demandé lundi à Israël d’ouvrir immédiatement une «enquête crédible et indépendante» sur l’assaut mené par son armée contre la flottille internationale humanitaire à destination de Gaza, et réclamé la levée du blocus contre le territoire palestinien.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *