Jettou maintient le cap

Jettou maintient le cap

Le gouvernement Jettou fait du terrain. Après sa tournée le week-end d’avant dans les villes de Khouribga, oued Zem et Boujaâd, le Premier ministre s’est rendu ce week-end dans la région de Souss-Massa (Agadir, Taroudant et Tiznit). Accompagné d’une forte délégation ministérielle, le Premier ministre y a donné le coup d’envoi à une série de projets socio-économiques. “ C’est la première fois que les populations locales assistent à un débarquement gouvernemental aussi consistant“, commente, satisfait, un proche de Driss Jettou. Celui-ci compte poursuivre son périple à travers le Royaume. Le week end prochain sera réservé à la région de Meknès et celui d’après à celle de l’oriental. Conscient que les problèmes du Maroc profond ne se règlent pas en étant cloîtré dans son bureau de ministre à Rabat, Driss Jettou est déterminé à imprimer une touche de proximité à la politique de son cabinet huit mois après son installation en novembre dernier. Le temps est venu pour le chef du gouvernement d’accélérer la cadence et de concrétiser sur le terrain les engagements pris dans sa déclaration de politique générale dont il a dressé un premier bilan devant la Chambre des représentants jeudi 10 juillet à l’occasion de la clôture de la session parlementaire. Le chef de la majorité s’est adressé en direct à l’opinion publique qu’il a informée de l’état d’avancement du programme gouvernemental dans le domaine socio-économique notamment. L’orateur, visiblement satisfait par l’action des huit mois de son équipe, a lu un discours agrémenté de chiffres et de réalisations qui présente ce qui a été accompli et ce qui reste à accomplir. Sur le plan macro-économique, les fondamentaux sont au beau fixe avec un taux d’inflation contenu à 2% et un déficit budgétaire qui n’excède pas 3% du PIB. Le Premier ministre est revenu sur la privatisation de la Régie des tabacs et l’emprunt de 400 millions d’euros décroché récemment par le Maroc sur le marché obligataire. Deux actions dont M. Jettou n’est pas peu fier puisque cela confirme à ses yeux que le Maroc jouit de la confiance aussi bien des investisseurs étrangers que des bailleurs de fonds internationaux. Selon Driss Jettou, le gouvernement est décidé à poursuivre ses efforts dans le sens de l’amélioration de l’environnement macro-économique en vue de favoriser l’investissement qui stimule l’emploi. À cet égard, la feuille de route du chef de la majorité signale une baisse du taux de chômage à l’échelle national. Celui-ci est descendu à 11,9% au terme du premier semestre 2003 contre 12,5 au cours de la même période en 2001. Le taux de chômage en milieu urbain est passé de 20,1% à 19,6% au cours de la même période. Chantier immense cher à Driss Jettou, le projet de construction de 100.000 logements économiques ( entre 80.000 et 120.000 Dhs l’unité) est de nature à créer annuellement quelque 150.000 postes d’emplois directs. Driss Jettou n’a pas manqué de renouveler son soutien aux secteurs dits porteurs dont le tourisme arrive en tête des priorités. L’infrastructure n’a pas été en reste. Le Premier ministre s’est réjoui des perspectives de réalisation du programme autoroutier du pays qui a avancé au rythme de 130 KM cette année. Côté mise à niveau de l’économie, les choses semblent sur la bonne voie à la faveur de la mise en place du Foman (fond de mise à niveau) destiné aux entreprises. Bon point pour Driss Jettou qui a dû batailler dur pour convaincre certains membres de son équipe de l’utilité de réunifier les organismes chargés de la promotion du produit Maroc à l’étranger sous la tutelle d’une agence unique baptisée Onix. Véritable grand succès du gouvernement depuis son installation, le code de travail, devenu réalité après des années de blocage, est une pièce maîtresse dans l’édifice de l’investissement. Driss Jettou n’a pas manqué de revenir sur cet acte majeur dont il a fait un des enjeux importants de son mandat. Cela n’a pas échappé aux observateurs, Driss Jettou a présenté un bilan centré exclusivement sur les dossiers économiques. La politique dans le discours de l’intéressé n’avait pas de place. Ainsi, les réformes de la justice et celle des affaires religieuses par exemple n’ont pas été évoquées. Cette situation n’a pas été du goût de certains partis notamment l’USFP qui a été surprise par le silence observé par le Premier ministre sur certaines questions relevant des ministères USFP comme la loi antiterroriste, l’enseignement supérieur et l’éducation nationale. Cette situation fait surgir de nouveau la critique selon laquelle Driss Jettou privilégie le travail avec certains membres de son équipe. Dans son approche des problèmes et des défis qui assaillent le pays, Driss Jettou a été après s’être tout fidèle à sa réputation d’homme technocratique qui, nonobstant le fait qu’il dirige un gouvernement politique, se conçoit et se vit en responsable qui a une vision économique de sa mission. En présentant le bilan de l’action de son gouvernement, Driss Jettou était de bout en bout dans la logique d’un Premier ministre décidé plutôt à maintenir le cap des réformes et des rélisations. Et les rumeurs d’un remaniement gouvernemental donné constamment pour imminent ? Confidence d’un ami de Jettou qui était du voyage d’Agadir. “ J’ai approché un homme animé du même esprit d’engagement et de constance dans le travail, explique notre interlocuteur. Il ajoute : “Même si certains ministres semblent être à la traîne, je pense que le Premier ministre ouvrira , du moins dans l’immédiat, le chantier d’un remaniement de son équipe“. Il est vrai que le jeu de redistribution des portefeuilles dans le contexte partisan marocain risque de ressembler à une épreuve douloureuse. L’intéressé, édifié par l’expérience de la formation de son cabinet, en sait quelque chose…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *