Jeunesse : Benatiq joue au fédérateur

Le Parti travailliste, l’un des nouveau-nés de la gauche marocaine, a réuni près de 8.000 jeunes de toutes les régions du pays pour un meeting de mobilisation organisé dimanche au complexe sportif Moulay Abdallah à Rabat sous le thème  "Construisons ensemble le Maroc de demain". Pour Abdelkarim Benatiq, leader du PT qui ne cache pas sa satisfaction du déroulement de cette manifestation initiée par son parti, «c’est la preuve que le camp démocratique et moderniste est capable de mobiliser, mais c’est également un démenti pour ceux qui affirment que les jeunes se sont fâchés, de manière définitive, avec la politique».
Lors de ce meeting, plusieurs jeunes leaders politiques se sont succédé à la tribune pour des allocutions autour du thème de la participation des jeunes. Et ils étaient de tous les partis avec une remarquable présence de la gauche : Mohamed El Gahs (USFP), Nabil Benabdallah (PPS), les istiqlaliens Toufik Hejira et Nizar Baraka, Mohamed Aujjar (RNI), en plus des PSU Mohamed Sassi et Mohamed Hafid. Aziz Akhennouch est intervenu en sa qualité d’entrepreneur. «Nous avons choisi de jeunes leaders pour parler à ceux qui sont appelés à le devenir demain et à qui il faut inculquer les valeurs de démocratie et de participation. Le meeting a montré que c’était plus que possible à condition que l’on parle aux jeunes un langage qu’ils peuvent comprendre», ajoute M. Benatiq. Une pré-campagne électorale pour le Parti travailliste ? Le patron de cette jeune formation politique répond que, au-delà des enjeux électoraux, «le premier souci est la participation massive des jeunes et la mobilisation pour la démocratie et ses valeurs qui ne sont jamais des acquis définitifs».
Depuis sa création, ce parti s’est investi dans la mobilisation des jeunes pour une meilleure participation à la vie politique. Ses responsables affirment que, contrairement aux images que renvoient du Maroc les médias étrangers et quelques "relais locaux", le camp des démocrates a toujours son mot à dire sur le champ politique national. Depuis plusieurs mois, et en guise d’avant-goût de ce que pourrait être le puzzle politique national de l’après-2007, les islamistes sont donnés vainqueurs lors des prochaines élections. Un sondage de l’IRI ira jusqu’à créditer le PJD (Parti de la justice et du développement) d’une écrasante victoire au cas où les élections arrivaient à se tenir "le lendemain". Scénario que les responsables de ce parti avaient eux-mêmes écarté tout en continuant à brandir, de temps à autre, les résultats dudit sondage tel un épouvantail. Le Parti travailliste, dirigé par un ex-ministre USFP, ne compte pas s’arrêter au meeting de Rabat. Une autre initiative est prévue pour les femmes. Une commission se penche déjà sur les préparatifs d’une grande rencontre féminine dont la date n’a pas encore été arrêtée. «Cela pourrait prendre la forme d’une journée autour de la femme et la politique avec l’implication notamment des femmes-relais dans la société», indique un responsable du Parti travailliste.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *