La 4e Commission s’abstient de mentionner le référendum

La quatrième Commission de l’Assemblée générale de l’ONU a adopté, mercredi 14 octobre, sans vote, un projet de résolution réitérant l’appui des Nations unies au processus de négociations sur le Sahara, appelant de nouveau «toutes les parties et les Etats de la région à coopérer pleinement avec le Secrétaire général et son envoyé personnel, et les uns avec les autres». Le Maroc s’est félicité, le jour même, de cette adoption par la quatrième Commission de l’Assemblée générale de l’ONU d’une résolution sur le Sahara marocain qui, «en s’abstenant une nouvelle fois de faire mention du référendum classique à options extrêmes, écarte les approches dogmatiques que certaines parties continuent à vouloir ressusciter». L’Assemblée générale «appuie le processus de négociations initié par la résolution 1754 (2007) et soutenu par les résolutions 1783 (2007), 1813 (2008) et 1871 (2009) du Conseil de sécurité. Et ce, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, selon le nouveau texte qui confirme le soutien exprimé par l’AG lors de sa précédente session. En vertu de cette résolution, qui devra être définitivement endossée lors d’une prochaine séance plénière de l’AG, les Etats membres prennent «note des efforts consentis et des développements depuis 2006», en référence, une nouvelle fois, à la dynamique enclenchée par l’Initiative marocaine d’une autonomie pour la région du Sahara en vue de mettre fin à ce différend régional.
L’Assemblée générale, qui salue la nomination de l’ambassadeur Christopher Ross en tant qu’envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara, se déclare «satisfaite» que ce dernier ait organisé une réunion informelle entre les parties en août dernier à Duernstein, en Autriche, en vue de «préparer le 5ème cycle des négociations». «Ce consensus, réalisé pour la troisième année consécutive, illustre la convergence du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale sur les fondamentaux de la solution politique voulue par la communauté internationale», indique un communiqué de la Mission permanente du Maroc auprès de l’ONU.
Ces fondamentaux «se rapportent, tout d’abord, à l’exigence d’une négociation intense et substantielle, empreinte de réalisme et d’esprit de compromis», relève la Mission permanente du Maroc. «En effet, en s’abstenant pour la troisième année successive de faire mention du référendum classique à options extrêmes, dont l’inapplicabilité a été amplement démontrée, la nouvelle résolution de la quatrième Commission écarte les approches dogmatiques que certaines parties continuent à vouloir ressusciter et dont l’objectif ultime est de faire régresser, voire annihiler les efforts des Nations unies», précise le communiqué. «Ces fondamentaux concernent ensuite l’objectif des négociations qui demeure l’émergence d’une solution politique médiane et consensuelle, pour laquelle le Maroc a proposé son initiative d’autonomie, perçue comme crédible et sérieuse par l’ONU autant que par la Communauté internationale», selon la même source. Le Royaume du Maroc «espère que les autres parties démontreront le même sens d’engagement et de responsabilité, en s’intégrant, durant les prochaines étapes de négociations, dans la dynamique de compromis afin de mettre un terme aux souffrances des populations des camps de Tindouf et concrétiser l’idéal maghrébin», conclut le communiqué.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *