La Banque mondiale prête 250 millions d’euros au Maroc

Le Maroc et la Banque mondiale (BM) ont procédé, mercredi 8 juin à Rabat, à la signature de deux accords de prêts. D’un montant global de 250 millions d’euros, les deux prêts viennent appuyer le plan Maroc Vert et le développement du secteur des déplacements urbains. S’exprimant à cette occasion, Simon Gray, directeur du département Maghreb au bureau régional Moyen-Orient et Afrique du Nord de la BM, s’est félicité de la «relation mature et de la fructueuse coopération existant entre le Maroc et la BM». Et de souligner que «la signature de ces accords illustre la volonté de la BM de continuer à soutenir les projets de développement au Royaume». Dans ce sens, la Banque mondiale octroie au secteur de l’agriculture un prêt de 150 millions d’euros, soit 1,68 milliard DH. Signé par Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des Finances, Simon Gray et Ahmed Hajjaji, directeur général de l’Agence pour le développement agricole, ce prêt cible l’intégration des agriculteurs dans le marché intérieur et l’amélioration de l’impact socio-économique des projets du pilier II du Plan Maroc Vert consacré à la petite agriculture solidaire. De même, il tend à améliorer les services agricoles, l’usage et la gestion de l’eau d’irrigation ainsi que la planification des aménagements hydroagricoles. La première phase de ce prêt met l’accent sur le changement institutionnel et sur la création d’un environnement propice à la promotion du secteur, sur le plan national et international. Dans son allocution, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, a rappelé que le plan Maroc vert constitue un véritable outil de développement et s’est félicité de l’accompagnement de ce plan par la Banque mondiale. Le deuxième prêt d’un montant de 100 millions d’euros (1,12 milliard DH) vise à appuyer la mise à niveau du transport urbain dans les grandes agglomérations du Royaume. A cet effet, Mohamed Saad Hassar, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, a indiqué que l’octroi de ce prêt s’inscrit dans le cadre des réformes structurelles initiées depuis plusieurs années au Maroc, citant à cet égard les réformes et l’adoption de lois relatives à la gestion des collectivités locales, ainsi que l’entrée dans une nouvelle phase de décentralisation. Le Programme de réforme pour le développement du secteur des déplacements urbains comporte des actions concrètes à court et moyen termes visant à renforcer les capacités en matière des transports urbains des municipalités et à fournir un cadre réglementaire, ainsi que les outils adéquats pour réussir la décentralisation. Ce programme s’articule autour de trois grands principes à savoir: l’amélioration de la gouvernance du secteur des déplacements urbains, de l’efficacité des services des transports urbains et des infrastructures ainsi que de la viabilité socio-environnementale du secteur des déplacements urbains.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *