La Chambre des représentants désavoue Mustapha Ramid

La Chambre des représentants réagit à l’affaire de la démission de Mustapha Ramid. Le bureau de la Chambre basse a dénoncé, mercredi 30 juin, avec vigueur la campagne calomnieuse dirigée contre la Chambre. A l’issue d’une réunion du bureau de la Chambre au cours de laquelle les parlementaires ont examiné les conséquences des déclarations du président du Groupe justice et développement, le bureau de la Chambre a mis en garde, dans un communiqué cité par la MAP, contre les graves répercussions qui pourraient en découler. Mustapha Ramid avait annoncé, lundi 28 juin, qu’il allait déposer sa démission du Parlement en protestation contre «l’interdiction par les autorités locales de Sidi Bennour d’une caravane médicale», dans son village natal et de «la marginalisation du rôle de l’institution parlementaire». Mercredi 30 juin, M. Ramid a précisé, lors d’une conférence de presse, qu’il est revenu sur sa décision après le refus de son parti de l’avaliser. «J’ai renoncé à ma démission lorsque j’ai constaté que tous les membres dirigeants de mon parti n’y étaient pas favorables et ils ont pu finalement me convaincre», a dit M. Ramid. «Le bureau a suivi avec une grande préoccupation la campagne calomnieuse dirigée contre la Chambre des représentants, en tant qu’institution incarnant, aux côtés des autres institutions constitutionnelles du Royaume, un choix de la Nation marocaine qui ne saurait être exploité, en aucune manière, pour atteindre des objectifs étriqués ou servir de vils desseins, en ce sens que ce choix fait l’unanimité de la Nation, Roi et peuple, pour l’édification de l’Etat de droit et des institutions et la consolidation de la pratique démocratique à tous les niveaux», indique le communiqué de la Chambre des représentants. La Chambre basse «dénonce avec vigueur cette campagne, censée ne pas être alimentée, d’un point de vue politique et éthique, de l’intérieur de la Chambre, de façon directe ou indirecte». En conséquence, le bureau a mis en garde, selon la même source, contre «les graves répercussions qui pourraient découler de pareilles campagnes, en ce qui concerne l’image de nos institutions auprès de l’opinion publique nationale, des différentes composantes de la société et des générations montantes, à travers la diffusion de la culture du désespoir et de la dévalorisation de l’effort national investi au sein de ces institutions, au service des intérêts supérieurs de notre pays et de son rayonnement aux plans régional et international». Le bureau de la Chambre des représentants a exprimé, en outre, au nom de tous les députés, «le rejet total de toute atteinte au respect dû aux représentants de la Nation et du dénigrement d’une institution constitutionnelle pour l’édification de laquelle des générations de Marocains ont consenti de grands sacrifices».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *