La famille du colonel fait appel à la clémence royale

La famille du colonel fait appel à la clémence royale

Il était 18 h10. La conférence de la famille du colonel-major Kaddour Terhzaz au siège de l’AMDH à Rabat, mardi 8 juin, a commencé à l’heure. La famille Terhzaz est presque au complet en présence de leur avocat Abderrahim Jamaï, Khadija Ryadi, présidente de l’AMDH, quelques militants de cette ONG et plusieurs représentants de la presse dans une petite salle archi comble. Sonia, la fille du colonel-major, essaie tant bien que mal de s’occuper de tout.Cette étudiante en arts plastiques, qui habite en France et qui vient au Maroc deux fois par mois, reçoit journalistes et autres intéressés par l’affaire. Elle a distribué les dossiers de presse jusqu’à leur épuisement, puis son adresse mail et son numéro de téléphone à qui désire tout complément d’information. Engagée corps et âme, elle est au-devant de la scène. A ses côtés, il y a sa mère Annie et ses deux frères Mehdi et Selim à peine venu de Glasgow en compagnie de Jacques Kaddour, son fils, qui sourit innocemment dès qu’un flash s’allume. «Kaddour Terhzaz n’a qu’un seul petit-fils. J’ai longtemps hésité avant de le ramener avec moi. Mon fils est déjà parti trois fois à la prison pour voir son grand-père. Vous vous rendez compte, mon père ne l’a vu qu’en prison ?!», a souligné Selim, chercheur en génétique moléculaire résidant en Ecosse.
«Aujourd’hui, plus que jamais, nous implorons Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, de bien vouloir accorder la grâce à Kaddour Terzhzaz», demande Sonia avec les larmes retenues et l’émotion qui fait trembler sa voix. Ceci après avoir lu avec conviction un communiqué faisant quelque vingt pages intitulées «L’honneur intact de Kaddour Terhzaz» et qui revient à travers divers chapitres sur tous les points de l’affaire du colonel-major : «le témoignage de Ali Najab», «la campagne médiatique de la famille» , «les allégations de la presse», «la question de la double nationalité», «la question du soutien étranger», «la mise à la retraite» et finalement «la vérité». «Nous affirmons avec une conviction profonde et sincère notre neutralité et notre soutien inconditionnel au Maroc et à son Roi. Nous n’avons aucune revendication politique. Nous ne sommes pas des militants. Nous demandons simplement que justice soit faite pour un homme de 73 ans condamné à 12 ans de prison», ajoute-t-elle toute émue. «Kaddour Terhzaz n’a rien d’un opposant politique. Il a tout mis en œuvre pour aider son pays dans la lutte contre le Polisario. Il l’a toujours fait par amour pour son pays et pour son Roi», note la fille du colonel-major. Pour sa part, Selim prend le relais pour dénoncer les conditions d’emprisonnement de son père. «En prison, il n’est pas traité de façon normale. Il est en isolement depuis le 30 novembre, cela fait donc plus de 190 jours. Pendant plusieurs mois, il vit dans un couloir, il est privé de nourriture chaude er des douches chaudes et il a 73 ans. Mon père est cardiaque, il suit différents traitements médicaux…», raconte-t-il. La partie interactive de cette rencontre a été marquée par le témoignage du capitaine Ali Atmanie, pilote et ancien détenu durant 26 ans des camps de Tindouf. «Au nom de mes camarades et anciens prisonniers, je suis venu dire à la famille du colonel que j’ai connu et que je respecte énormément, que nous compatissons avec elle», a déclaré le capitaine qui était assis parmi les journalistes. Ali Atmanie vient de sortir un livre intitulé «Prisonniers de guerre – Dans les bagnes de l’Algérie et du Polisario» où il dénonce les conditions des prisonniers marocains en Algérie. Par ailleurs, la conférence a été conclue par un appel de la famille Terhzaz à la clémence royale. «On ne veut qu’une chose, c’est avoir notre père parmi nous, dans notre famille, et qu’on se remette à vivre normalement, parce que cela fait 19 mois qu’on ne vit plus à cause de cette affaire», a déclaré Selim. Et sa sœur de souligner : «Tout ce qu’on demande, c’est la grâce de Sa Majesté. La grâce royale est notre ultime recours».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *