La guerre de l’eau a commencé

Sommes nous à l’aube du bouleversement du marché national des eaux en bouteille ? Tout porte à le croire, si l’on en juge par les ambitions affichées par les promoteurs de l’eau de source Aïn Saiss (ONA et Danone) dont la commercialisation démarrera le mois prochain. Jusque-là, Sidi Harzem et Sidi Ali sont les marques phares qui se partagent ce marché sans compter les différentes eaux de table locales. Avec seulement une consommation de 160 millions de litres et une progression annuelle de 5%, son potentiel de développement est énorme. La consommation annuelle par tête d’habitant est de l’ordre de 5 litres. Un niveau jugé très faible par les opérateurs par rapport à des pays similaires notamment la Tunisie (une consommation annuelle de 20 litres par habitant). Pour l’heure, le chiffre d’affaires de ce marché est estimé à 500 millions de DH. Il pourrait connaître une croissance annuelle à deux chiffres, même si pour les deux dernières années, celle-ci a été cantonnée à 5%.
Danone et l’ONA sont déterminés à promouvoir ce marché qui recèle d’énormes opportunités. La qualité aidant, Aïn Saiss se positionne comme l’Evian marocaine. Du moins, c’est la philosophie de Franck Riboud, PDG de Danone convaincu du succès que connaîtra ce nouveau produit sur le marché marocain.
L’ONA abordera ainsi l’avenir avec sérénité dans la mesure où son portefeuille qui comprend Sidi Harzem sera plus étoffé. La marque, il faut le souligner, a enregistré une baisse de son résultat de 23,2% en 2001. Nous avons essayé de joindre les responsables des Eaux minérales d’Oulmès qui commercialise Sidi Ali pour avoir des commentaires sur l’impact du lancement d’Aïn Saïss sur le marché mais sans succès. La marque va certainement réagir pour maintenir ses parts de marché.
En attendant, il s’avère clairement que le marché de l’eau en bouteille connaîtra une ébullition au cours des prochaines années. On s’attend à une reprise de la consommation même si les prix restent inaccessibles, si l’on en juge par le faible pouvoir d’achat. Danone et l’ONA ne se limiteront certainement pas au lancement de l’eau Aïn Saïss. Les deux partenaires s’attaqueront à d’autres segments.
Le leader mondial de l’eau en bouteille mettra les bouchées doubles sur des pays émergents tels que le Maroc dans la mesure où 45% de la population est âgée de moins de 25 ans. Un véritable potentiel pour des groupes mondiaux comme Danone. Reste que ce dernier ne veut pas dévoiler ses projets sur le segment de l’eau en bouteille.
Pour relancer ce marché, les opérateurs seront amenées à mettre tous les moyens nécessaires, en commençant par le lancement de nouveaux produits plus ciblés et une communication à grande échelle, sans pour autant oublier le facteur prix.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *