La libéralisation exige de la visibilité

ALM : Le gouvernement a annoncé un calendrier pour la libéralisation de l’espace aérien. En tant que président de l’Association des compagnies aériennes opérant sur le marché marocain, qu’est-ce que vous en pensez du contenu de cette réforme ?
Karim Baina : L’annonce par Karim Ghellab, ministre de l’Equipement et du Transport, lors des assises d’Agadir d’un échéancier pour la libéralisation de l’espace aérien sur la période 2003-2004 est un signe positif de l’évolution du traitement de ce dossier. Le calendrier de l’ouverture de l’espace aérien, s’il est respecté, permettra d’avoir un timing précis et une visibilité sur la politique de libéralisation . De la réussite de ce chantier dépend, dans une large mesure, la concrétisation de la vision 2010 qui a comme objectif de dix millions de touristes.
Quelles sont les attentes des professionnels du transport aérien par rapport au contenu et au déroulement du processus de la libéralisation ?
Pour réussir l’ouverture du ciel marocain, il faut mettre en place une stratégie claire et précise sur six ans (2004-2010), accompagné d’une méthode de travail et d’évaluation des états d’avancement. Objectif : donner une visibilité inscrite dans un calendrier aux opérateurs aériens actuels et aux futurs compagnies aériennes désirant desservir les destinations touristiques marocaines et sensibiliser les opérateurs actuels et futurs en termes de trafic passagers future par marché. Il est important à noter que le marché du transport aérien en Europe est le second après celui des Etats-Unis avec une flotte totale de 5.000 machines dont 3.000 Jets d’une capacité supérieure de 100 siéges. C’est le marché européen qu’il faut sensibiliser et conquérir dans un premier temps grâce à la notion de proximité. L’expérience des pays du Nord de la Méditerranée, à forte vocation touristique, est un bon exemple à suivre.
Cependant, la libéralisation du transport aérien doit prendre en considération l’ensemble des services annexes à cette industrie tels que le handling (assistance au sol) et la gestion impartiale des slots (créneaux horaires). Face à ce processus de libéralisation, qui est un grand chantier pour l’industrie du transport aérien au Maroc, le gouvernement sera appelé, en outre, à doter en moyens financiers et humains la Direction de l’aviation civile pour lui permettre de jouer son rôle d’organisme de tutelle dans la réussite du processus de la libéralisation. Cette Direction doit d’ailleurs être en mesure d’absorber et d’accompagner l’évolution prévisionnelle du trafic des passagers et des mouvements d’avions entre 2004 et 2010.
Quel rôle pourra jouer la compagnie historique, la RAM, dans ce processus de la libéralisation?
Comme il a été souligné par l’étude de Mc Kinsey et confirmé par le ministre du Transport lors de son intervention durant les 3ème assises du tourisme, la Royal Air Maroc est amenée à jouer le rôle de bras armé du gouvernement dans le développement du transport aérien marocain.
C’est aussi la compagnie nationale qui servira de levier pour la concrétisation des recommandations de la vision 2010. A l’instar de plusieurs pays ayant vu leur trafic passagers en progression à deux chiffres sur une longue période, les compagnies nationales sont les premières bénéficiaires de cette croissance.

Carte visite de la BARM
Le BARM (Board Of Airlines Representative Morocco) est une association qui regroupe les 20 compagnies aériennes opérant sur le Maroc. Sa mission consiste à oeuvrer au développement harmoniaux du transport aérien à travers le dialogue avec le ministère de l’Equipement et du Transport et les groupements et les associations d’opérateurs de l’industrie du tourisme. La présidence, jusqu’au mars 2003, est assurée par Karim Baina, directeur commercial et de marketing de Regional Air Lines. Le secrétariat général du BARM est pris en charge par Alfredo Frassoni, le directeur général de la compagnie Alitalia.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *