«La majorité, un concept creux»

«La majorité, un concept creux»

ALM : Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à présenter votre candidature à la deuxième Chambre ?
Abdelkébir Berqia : D’abord, ma candidature n’est pas un acte personnel ou individuel. Il s’agit d’une position de l’ensemble des militants du mouvement national populaire (MNP) qui estiment qu’il est du devoir de leur parti de jouer un rôle important et essentiel dans la vie politique du pays. La base, qui s’est investie en faveur des candidats du MNP et qui s’est sacrifiée pour qu’ils soient élus et représentés au niveau des institutions du pays, n’admet plus que le rôle de son parti soit relégué au second plan en ce qui concerne la gestion des affaires publiques.
Est-ce que votre désignation constitue une réplique à la proposition relative à la reconduction du RNI à la tête de la deuxième Chambre ?
Personnellement, je ne suis pas au courant de cette proposition. Mais, ce que je dois dire, c’est que l’attachement du MNP à ma candidature est un message clair adressé à tous les responsables. En d’autres termes, nous plaidons pour l’application juste de l’axiome de « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut ». Il va sans dire que tous les Conseillers disposent de qualités et que chacun d’eux pourrait assumer le rôle de la gestion de notre institution élue. Mais dans le cas échéant, il s’agit d’un signe d’une grande importance et d’une option que je dois défendre jusqu’au bout.
Suite à l’annonce de la création du Pôle populaire, il aurait été logique qu’il n’y ait qu’un seul candidat à ce poste. Mais, nous avons entendu dire que d’autres personnes de la même famille populaire présentent leur candidature à ce poste. Qu’en dites-vous ?
Je ne suis pas au courant de ce qui se passe dans d’autres partis. En tout cas, au niveau du Pôle populaire, des directives ont été données dans le sens du respect de la liberté d’actions et de candidature. Chaque formation a donc le droit de prendre la position qui lui convient.
N’êtes-vous pas en train de briser les rangs de la majorité gouvernementale ?
Mais, cette majorité n’a jamais été soudée. Plus encore, cette majorité a toujours eu un caractère éphémère. Au lieu de s’inscrire dans la durée, elle s’est distinguée par son aspect discontinu et très conjoncturel. Lors des dernières élections, elle a montré ses limites, notamment au vu des confrontations qui ont eu lieu entre les divers candidats de la majorité. Cela dit, force est de constater que les coalitions qui durent sont celles qui disposent de règles précises et d’un programme.
Quelles sont les garanties dont vous disposez pour le maintien du consentement des autres composantes populaires ?
Il n’y a aucune garantie dans ce domaine. Chacun est mis face à sa conscience. Le Pôle populaire s’est mis d’accord sur la constitution d’une commission de soutien et nous sommes en passe de prendre les contacts nécessaires à cet effet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *