La mémoire collective du MEN

C’est par un long préambule didactique sur les tenants et aboutissants de l’audit mené dans certaines structures du ministère de l’Education nationale, que M. Abdallah Saâf a entamé la rencontre destinée à l’annonce des résultats de cette investigation. Après avoir énoncé les principes généraux de la rencontre, décortiqué la procédure de travail des auditeurs, et sacrifié à d’autres généralités de la sorte, M. Saâf a tenu à préciser que l’opération commandée par les services de son ministère ne vise pas essentiellement à mettre à jour des dépassements dans la gestion financière, mais plutôt à consacrer davantage de transparence dans les multiples rouages du ministère. Une transition qui aura permis au ministre de souligner que les «quelques» cas de dépassement révélés seraient dans un premier temps traités en interne, avant d’être, si besoin en est, soumis à la justice. Ces cas d’ailleurs, seraient dûs davantage à «l’incompétence des gestionnaires» en matière financière, qu’à d’autres considérations. Le ministre en veut pour explication, le fait que les gestionnaires convaincus d’incompétence, sont généralement des instituteurs, inspecteurs de l’enseignement, directeurs d’école et chefs de service amenés par la force des choses à s’occuper d’équilibres financiers. Pour le reste, la gestion financière au sein des structures auditées aura été «généralement maîtrisée». A cela aussi des raisons existent. Il s’agit entre autres de la présence de syndicats forts au sein du personnel du MEN, qui veillent au grain. De la propension des enseignants par la nature de leur fonction à procéder au contrôle de tout ce qui les concerne. De l’existence d’une multitude d’associations professionnelles au sein du département regroupant les enseignants, les directeurs, les inspecteurs et autres corps de fonctionnaires. Mais aussi, de l’existence d’une mémoire collective au sein du ministère qui dissuade tous ceux qui seraient tentés de tâter le denier public.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *