La menace de la grippe aviaire est réelle et ses effets imprévisibles (ONU)

Intervenant à l’ouverture d’une réunion du Conseil économique et social (ECOSOC) sur l’impact de la pandémie sur la situation dans le monde, M. Nabarro a indiqué que la clef du succès dans la lutte contre ce fléau réside dans l’engagement politique au niveau des Etats, l’aide et la coopération internationales et régionales, l’action de la société civile, l’engagement des scientifiques, ainsi que dans la coordination et le renforcement de l’action internationale.

Le président du Conseil, le Tunisien Ali Hachani, a pour sa part mis l’accent sur le rôle privilégié du Conseil économique et social pour définir des objectifs et critères qui peuvent influencer les politiques nationales et internationales dans le cadre de la lutte contre la grippe aviaire.

Des exposés faisant le point de la situation s’agissant de la maladie et de la réponse de la communauté internationale à cette situation ont été faites par des responsables et représentants de l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), de la Banque mondiale, du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), de l’Organisation de l’aviation civile internationale (IATA) et de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICICR).

De leur côté, les représentants des pays participants ont souligné la nécessité de renforcer les capacités d’actions nationales et de mieux coordonner et harmoniser l’action des institutions internationales.

L’importance de l’accès aux médicaments et aux vaccins a été également relevée. L’idée de créer une base de données internationale a été évoquée dans le but de renforcer la capacité d’alerte au niveau mondial par une information complète sur les migrations d’oiseaux.
Le Conseil économique et social a, par ailleurs, examiné les demandes d’octroi du statut d’observateur émanant de quatre organisations intergouvernementales. Il s’agit du secrétariat de la Convention de "Ramsar" (sur les zones humides), le Centre Sud, le Forum intergouvernemental des mines, des minéraux, des métaux et du développement durable et l’organisation internationale de gestion des urgences.
Le Conseil qui achèvera ses travaux le 28 courant, se prononcera sur ces demandes ultérieurement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *