La nomination de Abbas El Fassi au poste de Premier ministre, un pas vers la normalité démocratique

La nomination de Abbas El Fassi au poste de Premier ministre, un pas vers la normalité démocratique

Abbas El Fassi, secrétaire général du parti de l’Istiqlal, a été reçu mercredi à Rabat par SM le Roi Mohammed VI, qui l’a désigné Premier ministre, conformément aux dispositions de l’article 24 de la Constitution du Royaume, a annoncé un communiqué du Cabinet royal. A l’occasion, le Souverain a chargé le nouveau Premier ministre d’engager de larges consultations avec les différents partis politiques et de lui soumettre des propositions au sujet de la composition du nouveau gouvernement. La Koutla (Istiqlal, USFP et PPS) a obtenu une centaine de sièges, et se présente comme le noyau dur d’une prochaine coalition gouvernementale. M. El Fassi en a donné le ton, en affirmant, au lendemain du 7 septembre, que le parti de l’Istiqlal restait "fidèle" à ses engagements envers le Bloc démocratique.
La désignation de Abbas El Fassi intervient douze jours après le scrutin, lequel a donné le parti de l’Istiqlal largement vainqueur avec 52 sièges. Le parti de Abbas El Fassi a amélioré son score de 2002 de 5 sièges, se plaçant bien devant les autres principaux partis. Avec 52 sièges à la Chambre des représentants, l’Istiqlal, créé en 1944, a devancé les islamistes du Parti de la justice et du développement (46 sièges), à la défaveur des sondages qui créditaient le parti islamiste d’une large victoire au jour du 7 septembre.  La désignation de M. El Fassi, chef du prochain gouvernement, se présente ainsi comme une conséquence logique des résultats du scrutin du 7 septembre. Elle intervient dans le cadre de «l’intérêt que Sa Majesté le Roi Mohammed VI accorde à la prise en considération des résultats du scrutin du 7 septembre qui ont permis l’élection, en toute transparence et sincérité, de la nouvelle Chambre des représentants, et à la lumière desquels a été nommé le Premier ministre», certifie le communiqué du Cabinet royal.
La nomination de M. El Fassi au poste de Premier ministre fait suite aux audiences Royales que SM le Roi avait accordées, le 13 septembre, aux dirigeants de six partis politiques dans la perspective de la désignation du Premier ministre. Ces audiences ont été accordées aux dirigeants des six partis politiques ayant remporté plus de 20 sièges, seuil exigé par le règlement intérieur de la Chambre des représentants pour la constitution de groupes parlementaires au sein de la Chambre. Il s’agit, outre l’Istiqlal, du PJD (46 sièges), Mouvement populaire (41 sièges), RNI (39 sièges), USFP (38 sièges) et UC (27 sièges).
Maintenant, est-il besoin de présenter le nouveau Premier ministre?
Né le 18 septembre 1940 à Berkane, M. El Fassi a fait ses études primaires et secondaires à Kénitra et à Tanger. En 1963, il a décroché une licence en droit à l’université Mohammed V de Rabat. Pendant ce temps, il a été élu président de l’Union générale des étudiants du Maroc (UGEM). En ce qui concerne sa carrière professionnelle, M. El Fassi l’a entamée en tant qu’avocat au barreau de Rabat en 1964 avant d’être élu bâtonnier de Rabat en 1975 et 1977. Militant associatif, il sera désigné secrétaire général de la Ligue marocaine des droits de l’Homme en 1971. Au sein de son parti, il a été élu membre du conseil national en 1962 (réélu à tous les congrès nationaux successifs), avant d’accéder au comité exécutif en 1974, 1978, 1982 et 1989. En 1998, qui marque l’avènement du gouvernement d’alternance, M. El Fassi sera porté à la tête du parti de l’Istiqlal. Cinq ans plus tard, il sera reconduit en tant que secrétaire général du même parti. S’agissant de ses responsabilités gouvernementales, il y a lieu de rappeler que le ministre d’Etat dans le gouvernement sortant a été titulaire de différents portefeuilles dont ceux de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire (1977-1981), de l’Artisanat et des Affaires sociales (1981-1985) et de l’Emploi, de la Formation professionnelle, du Développement social et de la Solidarité (2000-2002).
Pour ce qui est de l’activité diplomatique de M. El Fassi, elle se veut tout aussi riche. M. El Fassi a été désigné ambassadeur du Maroc en Tunisie, délégué permanent du Maroc auprès de la Ligue arabe (1985-1990), puis ambassadeur du Royaume en France (1990-1994) … Que faut-il ajouter à cette liste? Le nouveau Premier ministre a été député à plusieurs reprises. Pas plus tard que le 7 septembre dernier, il a été de nouveau élu à la circonscription de Larache.
 


 

Abbas El Fassi : «Un gouvernement à la hauteur des défis»

Abbas El Fassi a exprimé sa grande fierté pour la confiance placée en lui par SM le Roi Mohammed VI, qui l’a nommé mercredi au poste de Premier ministre. Dans une déclaration à la presse au terme de l’audience que lui a accordée SM le Roi Mohammed VI, M. El Fassi, secrétaire général du parti de l’Istiqlal (PI), a indiqué que le Souverain l’a chargé de mener les consultations avec les partis politiques pour la constitution du nouveau gouvernement, à la suite des élections législatives du 7 septembre dernier remportées par le PI avec 52 sièges. «Sa Majesté m’a prodigué des conseils et des orientations que je respecterai à la lettre pour que le Maroc soit doté d’un gouvernement à la hauteur des défis et pour que le Royaume puisse régler les questions posées, notamment au plan social», a-t-il dit. M. El Fassi a assuré qu’il allait entamer dès jeudi ses contacts dans la perspective de la formation du nouveau gouvernement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *