La nouvelle révolution du Roi et du peuple

La boucle sera bientôt bouclée. Le Conseil des ministres présidé par SM le Roi Mohammed VI, dans la ville de Dakhla, le 5 mars, vient de mettre un terme aux spéculations sur le report des élections et l’éventualité d’une reprise de l’ancien mode de scrutin.
Deux volontés, un même combat. Une fois encore, se confirme la règle selon laquelle la lutte du peuple marocain pour le parachèvement de son intégrité territoriale se complète, dans la symbiose, avec la consolidation de la démocratie. Les deux chemins s’entrecoupent, en même temps que l’un d’eux mène à l’autre.
Au vu de l’ordre du jour de ce conseil, l’ambiance dans laquelle il s’est déroulé et les décisions qu’il a prises, il y a lieu d’affirmer, en toute modestie, que l’un des pas les plus déterminants pour l’avenir du pays sont désormais franchis. Ce n’est, donc, pas dû à un simple hasard de voir le Premier ministre Abderrahman Youssoufi, mettre l’accent, dans une déclaration à la presse peu avant son départ de l’Aéroport de Dakhla à destination de la Libye, sur cette « journée mémorable et historique marquée par la réunion à Dakhla du Conseil des ministres, sous la présidence du Souverain ». Une journée qui concrétise un voeu tant proclamé par l’ensemble des forces vives de la Nation et lie de manière étroite et dialectique entre l’aspiration à la démocratie et le règlement juste et définitif du dossier du Sahara marocain. C’est donc une nouvelle révolution du peuple et du Roi qui est entrain de s’accomplir. Une révolution tranquille, tournée vers l’avenir. A ceux qui prêtent attention à la symbolique, le message est clair : l’ère de la transition touche à sa fin. Le vent de la démocratie réelle, transparente et intègre, qui a soufflé sur la ville de Dakhla, embrasera l’ensemble du territoire marocain.
La démocratie est locale ou n’est pas. Les régions du sud du royaume sont des régions pilotes dans ce domaine.
Quand le Premier ministre annonce que ce Conseil était « important à plus d’un titre », il ne le fait pas par simple courtoisie. Les mots creux n’ont plus de raison d’être dans le discours de l’Etat. Particulièrement dans ce genre d’affaires et d’occasions. Outre l’adoption du projet de loi relatif au Code de couverture médicale de base, le projet de loi relatif aux élections est d’une extrême importance pour le processus de transition démocratique au Maroc, ainsi que les autres projets concernant les lois organiques des deux chambres du Parlement.
Certes les autres questions qui étaient à l’ordre du jour mériteraient à elles seules des rappels et examens approfondis, tant elles sont attendues par les citoyens, mais, de l’avis de tous les observateurs et de toutes les personnes s’intéressant à la gestion de la chose publique, la donne démocratique constitue le fer de lance du Maroc moderne. Ainsi, il a été décidé de convoquer les deux chambres du Parlement en session extraordinaire. En abritant la réunion de ce Conseil des ministres qui fera date, Dakhla acquiert son droit de cite en tant que capitale démocratique du Royaume .

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *