La presse, ou l’autre guerre

Les photos choquantes ne choquent plus. On a l’impression que c’est devenu banal. Les morts et les bâtiments détruits, voire des prisonniers agenouillés, mains ligotées, monnaie courante dans la pratique sioniste, envahissent par voie de satellites les maisons et rues de tout le monde. La presse répercute comme elle le peut et selon ce qu’elle veut des scènes atroces, d’horreur et de barbarie…
La presse marocaine, écrite surtout, fait du quotidien palestinien son quotidien à elle. Les images insoutenables sont à la une. Les commentaires enflammés généralement sont légion. La presse marocaine, toutes tendances confondues, ne peut que refléter aussi la concordance des Marocains, leur unanimité autour de la question palestinienne. Un sentiment du devoir accompli ? pas vraiment, la preuve, la rédaction de l’hebdomadaire Casablanca, dirigé par notre confrère Abderrahim Tafnoute, observe une grève de la faim de trois jours, et qui doit prendre fin aujourd’hui vendredi…
Les deux chaînes de télé ne sont pas en reste. Les reportages et autres images vivantes agrémentent les éditions d’information et autres programmes dédiés à la question palestinienne. Dans cette hystérie, se distingue la presse arabe. La chaîne Al Jazira reprend ses droits et redevient, encore une fois la chaîne arabe la plus prisée. Ses correspondants sur place n’ont rien à envier à leurs confrères des grandes chaînes internationales. Certes, on peut relever parfois des commentaires déplacés ou des photos mal choisies ou encore des imperfections, mais cela n’enlève rien à cet engagement de l’ensemble de la presse arabe…
Ce n’est bien sûr pas le cas pour la presse occidentale. Après un début de couverture plus ou moins objectif, les journaux et autres chaînes de télévision ont fait les frais d’une régulation imposée par les lobbies sionistes. On essaie depuis trois jours, de culpabiliser Arafat et d’absoudre Sharon, qui ne fait que «se défendre et défend son peuple». On sait que la guerre se joue aussi au niveau des médias. Mais pour cela, il faut mettre les moyens nécessaires à même de rivaliser avec les grands de ce monde. Là est tout le dilemme…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *