La presse solidaire

Le peuple marocain a toujours montré ses sympathies avec le peuple palestinien. Par tous les moyens possibles, qui admettons-le ne sont pas nombreux. Si les partis politiques et les organisations de la société civile ont toujours considéré la question palestinienne comme une affaire nationale, la presse n’a jamais été en reste.
Partisane ou indépendante, on n’a jamais relevé des positions autres que celles unanimement défendues par les Marocains, à savoir le droit des Palestiniens à avoir leur Etat et la fin de l’occupation. Si par moments, il y avait eu quelques vagues de froid, qui n’ont jamais trop duré, la constance est de mise. On ne s’attardera pas sur les réactions pas tellement à la hauteur, lors des massacres de juin 1982, alors que les yeux du monde entier étaient braqués sur le mondial espagnol de football. La presse d’alors, dont certains titres étaient interdits, Al Moharrir (ancêtre d’Al Ittihad Al Ichtiraqui) et Libération, n’avait dit-on pas bien reflété la gravité de la situation…
Aujourd’hui, vingt ans après, la presse marocaine suit à la minute presque tout ce qui se passe. Condamne l’agression sioniste et fait appel à la solidarité et au soutien du peuple palestinien… Les Unes de journaux ne manquent pas de souligner, photos à l’appui, le caractère sanguinaire de Sharon, la lâcheté de la communauté internationale, ses deux poids-deux mesures, la bravoure des combattants palestiniens démunis… S’il est vrai que les manifestations de solidarité sont moins visibles, s’il est vrai aussi que la rue ne bouge pas trop, histoire de discipline, il est tout aussi vrai que la presse marocaine, toutes tendances confondues, couvre de façon respectable cette nouvelle tragédie. Une fois encore, on remarque que dès qu’il s’agit de la question palestinienne, les divergences cèdent la place à un accord de principe et une unité de positions loin de clivages politiques et des dérives habituelles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *