La SAMIR, principal opérateur du secteur énergétique au Maroc

La raffinerie la SAMIR, où un incendie s’est déclaré lundi soir alors même qu’elle était submergée par les eaux suite aux pluies diluviennes de ces derniers jours, constitue le principal opérateur du secteur énergétique marocain. La SAMIR, Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage, a une capacité de production de 2,5 millions de tonnes et 1 milliard de m3 de gaz naturel, avec un excédent de production pour les essences et le fueloil. Créée en 1959 grâce à une joint-venture avec la compagnie italienne AGIP, la SAMIR avait pour mission originelle de garantir une certaine indépendance du Maroc quant aux aléas du monde du pétrole.
Avec 1500 salariés et plus de 200 entreprises marocaines en sous-traitance locale, la SAMIR a réalisé, en 2001, un chiffre d’affaires qui a dépassé les 18 milliards de dirhams dont 16% ont été réalisés à l’export, soit 25% de la production totale. La SAMIR est directement présente dans toute la chaîne de l’activité pétrolière, de l’amont à l’aval: exploration et production, raffinage et trading, et la fabrication des bouteilles de gaz (GPL).
Après une première introduction de 30 pc de son capital en bourse en 1997, la SAMIR devient propriété du Groupe Corral Holdings AB, après un appel d’offres international. Aujourd’hui Corral Holdings AB détient 67,3% du capital de la SAMIR, les 32,7% restant sont détenus par divers actionnaires à la Bourse de Casablanca. Les principales installations industrielles de la SAMIR sont : les raffineries de Mohammedia et de Sidi Kacem, le terminal de Mohammedia, les dépôts de Tanger et de Casablanca Aïn Sbâa.
La société dispose de tout un réseau de pipelines dont principalement deux pipelines relient les deux raffineries et permettent le transport du pétrole brut et des produits pétroliers entre les deux sites. La SAMIR exploite actuellement plusieurs puits dans le Gharb et à Essaouira. La production est de 10.000 t/an de pétrole brut et 20 millions de m3 de gaz naturel.
Récemment, la société a annoncé un plan de développement qui s’étale jusqu’en 2015 pour un investissement de plus de 9,5 milliards de dirhams.
Ce plan prévoit essentiellement la construction d’une nouvelle unité de raffinage à Mohammedia, le plus gros projet de développement du raffinage d’Afrique et d’Europe dont le coût de réalisation est estimé à 7 milliards de dirhams.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *