La voie du développement intégré

«Que devons-nous donc faire, après avoir mis en place les infrastructures et les équipements de base nécessaires? Quel est l’avenir que Nous souhaitons pour Nos régions sahariennes et auquel aspirent les enfants de ces régions ? Quel est cet avenir qui permettra à ces régions d’accéder, comme Nous le souhaitons, à une place de choix dans le Maroc du développement durable et de la démocratie authentique, celle qui compte la régionalisation parmi ses fondements majeurs ?», s’est interrogé S.M. Mohammed VI, à l’occasion du 26ème anniversaire de la Marche verte . Et de répondre : «Dans ce contexte, Nous sommes déterminé à consolider la régionalisation, adoptant, à cet effet, une démarche de développement régional intégré, en vertu de laquelle la région ne se réduit pas à ses seules structures et dimensions administratives, institutionnelles et culturelles, mais constitue, plutôt, un espace propice au développement intégré, évoluant en synergie avec la région et pour la région. Nous avons estimé que la mise en oeuvre de cette approche devrait commencer par les Régions Sud et Nord du Royaume, d’une manière qui tienne compte de leurs spécificités respectives, et dans le cadre de plans de développement régional intégré». Pour ce qui est du contenu de cette démarche, S.M. le Roi indique que ce plan de développement «s’appuie essentiellement sur la promotion du secteur de la pêche en mer, l’exploitation rationnelle des richesses minières, l’artisanat, le tourisme et l’élevage. Parallèlement, il est prévu d’accorder tout l’intérêt qui se doit à l’éducation, la formation, la culture et l’environnement, toujours en synergie avec le développement économique et l’emploi des jeunes, et dans la perspective de l’extension de nos échanges commerciaux avec nos voisins et frères en Mauritanie et dans les pays africains avoisinants». «Et parce que Nous tenons fermement à ce qu’il ne se réduise pas à un simple énoncé de projets et de décisions théoriques, Nous veillerons à ce que ce plan fasse l’objet d’une bonne préparation et qu’il dispose des moyens de financement, des outils d’exécution et des mécanismes d’évaluation continue», a-t-Il annoncé avant de conclure qu’Il entend faire du plan de développement des provinces sahariennes, un modèle de développement régional intégré, visant à assurer davantage les conditions de vie décente pour leurs habitants restés attachés à leur territoire national et à accueillir ceux qui auront répondu à l’appel de leur patrie clémente et miséricordieuse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *