Laâyoune : condamnation générale de la provocation espagnole

Laâyoune : condamnation générale de la provocation espagnole

Les actes provocateurs des quatorze activistes espagnols suscitent un tollé général. Partis politiques et différentes composantes de la société civile ont fermement dénoncé l’organisation par ce groupe d’Espagnols d’une manifestation hostile à l’intégrité territoriale du Maroc, samedi 28 août, à Laâyoune. Ces agissements irresponsables de ces ressortissants espagnols ont été qualifiés d’atteintes flagrantes aux sentiments des citoyens marocains fermement attachés à l’unité de leur pays. A noter que le gouvernement espagnol a affirmé, mardi 31 août, que cette affaire est close à partir du moment que le Maroc a fourni des explications satisfaisantes à propos de l’interpellation par la police à Laâyoune des quatorze ressortissants espagnols. Côté partis politiques, le Parti Authenticité et Modernité (PAM) a ouvert le bal. Le parti dirigé par Mohamed Cheikh Biadillah PAM a condamné, mardi 31 août, dans un communiqué, les agissements de ces ressortissants espagnols ayant heurté les sentiments des Marocains et leur unanimité indéfectible autour de la question de l’intégrité territoriale. «Ces actes fomentés interviennent à un moment où la voix du séparatisme est dans une phase de décrépitude, dans un contexte où les campagnes visant à saper le processus de négociations directes connaissent un échec cuisant, ainsi qu’à un moment où la crise des relations maroco-espagnoles est dépassée», a précisé le communiqué, appelant la classe politique espagnole à faire preuve de «prudence» et de «vigilance» face à cette situation. Pour sa part, l’Union socialiste des forces populaires (USFP) a considéré, dans un communiqué, ces actes comme étant «la persistance des lobbies de crises à troubler les relations avec le voisin espagnol et porter atteinte à notre sentiment national».
De tels actes, ajoute le communiqué, en disent long sur le désespoir qui ronge les rangs du Polisario après les échecs accumulés surtout après les retours massifs des Sahraouis à la mère patrie, le Maroc, fuyant les camps de Tindouf, la mise en échec des tentatives de provocation espagnoles et l’isolement des initiatives de soutien aux séparatistes au niveau international. Le secrétariat général du Parti du progrès et du socialisme (PPS) a condamné, lui-aussi, dans un communiqué, les agissements de ces ressortissants espagnols ayant heurté les sentiments des Marocains, qui sont indéfectiblement attachés à la marocanité du Sahara. Après avoir salué «la réaction spontanée des habitants de Laâyoune contre les agissements de ces ressortissants espagnols, qui ont tenté en vain d’occulter l’échec cuisant des campagnes de désinformation au sujet des négociations pacifiques sur le Sahara», le secrétariat général du PPS s’est félicité de «l’esprit de responsabilité dont ont fait montre les pouvoirs publics face à cet acte monté de toutes pièces, et de leur détermination à accomplir leur devoir consistant à préserver la sécurité et à protéger les Marocains et les étrangers». Les composantes de la société civile dans les provinces du Sud ont également exprimé leur indignation face aux agissements provocateurs des activistes espagnols à Laâyoune. L’Association le Sahara Marocain (ASM) a affirmé, dans un communiqué, que les agissements de ces personnes constituent «une insulte et une provocation au peuple marocain en général et aux Sahraouis en particulier». Les membres de «ce groupe pro-Polisario n’ont pas été conscients de la gravité de leur action», car «sans l’intervention des forces de l’ordre, les conséquences auraient été beaucoup plus graves», poursuit la même source. Le Front national pour la défense du Sahara marocain (FNPDSM) a affirmé, mardi à Rabat, que son bureau administratif central «rejette catégoriquement toutes formes de chantage et d’atteinte aux sentiments des citoyens marocains fermement attachés à l’unité de leur pays».
L’association souligne que les actes provocateurs de certains activistes espagnols, survenus à Laâyoune, «portent atteinte aux valeurs sacrées d’un Etat souverain», exprimant son refus à la présence de tout étranger dans les provinces du Sud avec l’objectif d’attenter aux valeurs sacrées et à l’unité du Royaume, en «exploitant le climat de démocratie, d’ouverture et de liberté d’expression que garantit la Constitution marocaine en vue d’y provoquer des troubles, actes qui sont inéluctablement voués à l’échec».

Khalid Naciri : «Les activistes espagnols ont violé le sentiment national marocain»
Les quatorze militants espagnols interpellés samedi soir à Laâyoune «ont violé le sentiment national du peuple marocain», a déclaré à l’AFP, mardi, Khalid Naciri, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement. «Le gouvernement marocain considère que cette manifestation était un acte ridicule, illicite et provocateur dans la mesure où ses auteurs ont violé le sentiment du peuple marocain», selon M. Naciri.  Et d’ajouter : «les activistes espagnols se sont couverts de ridicule parce qu’ils étaient persuadés qu’ils allaient être accueillis par le peuple marocain comme des libérateurs». «Nous serions curieux de savoir quelle serait la réaction des ONG espagnoles si des ONG marocaines, entrées en Espagne comme touristes, avaient organisé des manifestations illégales pour réclamer l’indépendance du Pays basque», a déclaré le porte-parole du gouvernement. «La réaction unanime du peuple espagnol serait contre et il aurait raison. Ce qui est valable en Espagne ne serait-il pas valable au Maroc?», s’est demandé M. Naciri.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *