L’ASM compte poursuivre les dirigeants du Polisario devant la justice espagnole pour « crimes contre l’humanité »

"Des dizaines de civils marocains qui ont été fait prisonniers par les milices du polisario et par l’armée algérienne dans les années 70 et 80 ont décidé de saisir la justice de l’Espagne, ex-puissance coloniale au Sahara marocain, pour que les responsables des séparatistes et les dirigeants de l’armée algérienne soient jugés pour crimes commis contre des civils innocents", lit-on dans un communiqué de l’ONG parvenu à MAP-Madrid.

Les civils marocains, dont certains ont passé plus d’un quart de siècle dans les geôles du "polisario" à Tindouf, sur le territoire algérien, "ont subi toutes sortes d’exactions et de tortures physiques et morales durant les longues années de captivité", ajoute l’ASM.

"Les dirigeants du polisario, dont certains circulent librement en Espagne, comme le dénommé Brahim Ghali, un tortionnaire notoire dans les camps de Tindouf et actuel représentant des séparatistes en Espagne, doivent rendre des comptes pour les crimes et la barbarie commis contre des civils innocents", dénonce le texte.

D’autres ONG sahraouies de familles des disparus dans les camps de Tindouf et d’ex-prisonniers politiques victimes du "polisario" pourront se joindre comme parties à la plainte que l’ASM compte déposer devant les juridictions espagnoles compétentes en la matière, souligne le communiqué.

L’ASM assure qu’elle avait contacté depuis plusieurs mois un groupe d’avocats espagnols et marocains afin de préparer le dossier de cette plainte qui "sera déposée dans les prochains jours".

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *