Le conflit de la RAM s’achemine vers un dénouement concerté

Le conflit de la RAM s’achemine vers un dénouement concerté

Après un bras de fer qui a duré plusieurs semaines, le dialogue entre la Royal Air Maroc (RAM) et l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) avance dans le bon sens. L’intervention de Karim Ghellab, ministre de l’Equipement et du Transport, y est pour quelque chose. Vendredi dernier, à Rabat, M. Ghellab a réuni, autour de la même table, Driss Benhima, P-dg de la RAM, et Jalal Yâacoubi, président de l’AMPL.
Le ministre a appelé à «un retour à la sérénité et à un arrêt immédiat de la grève, puisque le dialogue est ouvert et qu’il est renforcé par l’action directe». «Aujourd’hui, les pilotes de ligne misent sur un changement de position de la RAM en tant qu’administration, alors que la compagnie avait déjà souligné, dans un communiqué, qu’elle maintient ses propositions et qu’elle n’a fait aucune volte-face», a indiqué M. Ghellab.
Au menu de cette réunion en présence du ministre de l’Equipement et du transport, la marocanisation du poste de commandant de bord. «La marocanisation est un problème réglé et dépassé», a souligné M. Benhima, à l’issue de cette réunion, dans une déclaration accordée à la MAP. «Le sujet de la marocanisation est désormais réglé. Pour les autres points, ils feront l’objet de nouvelles réunions entre les représentants des pilotes et la direction de la RAM», annonce-t-on à la RAM. Au lendemain de cette réunion présidée par le ministre de l’Equipement et du Transport, une réunion a eu lieu, samedi matin, entre la RAM et l’AMPL. Une deuxième réunion a été tenue hier, lundi 7 septembre, entre les deux parties. Tout en reprenant le chemin du dialogue, les pilotes de ligne ont décidé de suspendre leur mouvement de grève.
Et ce, suite à un accord de principe sur les modalités de mise en œuvre de la marocanisation du poste de commandant de bord au sein du groupe RAM.
«Cette grève a des conséquences extrêmement dommageables, surtout que c’est une période de pointe pour le transport aérien, avec le retour des MRE, le départ des étudiants qui poursuivent leurs études à l’étranger et la période de la Omra», s’est indigné M. Ghellab.
En effet, ce mouvement de grève a un impact sur le tourisme, un secteur sur lequel le Maroc parie notamment pour la création de 80.000 emplois. Le ministre de l’Equipement et du Transport a également noté que le gouvernement a jusqu’à présent, suivi de près ce sujet et s’est assuré que la RAM, à travers la location d’avions, opère un grand pourcentage des vols programmés. Ainsi, plus de 85 % des vols ont été effectués pendant cette période pour qu’il n’y ait pas d’impacts insurmontables sur les usagers. Le gouvernement a également encouragé le dialogue interne, selon M. Ghellab.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *