Le développement du Maghreb dépend de sa stabilité (Colloque)

Présentant une synthèse des travaux de ce colloque, M. Taj Eddine El Housseini, professeur de droit international, a affirmé que le Maroc a toujours oeuvré à ouvrir des perspectives prometteuses aux relations de coopération avec ses partenaires, notamment ceux du Maghreb que le Royaume considère non seulement comme un espace de coopération et de développement régional, mais plutôt comme un outil stratégique incontournable à l’ère de la mondialisation et de l’émergence de blocs économiques.

Dans ce sens, l’universitaire marocain a mis en exergue la politique étrangère du Royaume marquée de tout temps par l’attachement aux principes de non-ingérence dans les affaires intérieurs des pays, de bon voisinage et de non-alignement.

Il a également souligné la présence remarquée du Maroc au sein de la région méditerranéenne à la faveur d’accords de partenariat et de coopération signés avec ses voisins de la rive nord, ce qui lui a permis, a-t-il dit, de tisser des relations excellentes avec l’Europe, qui dépassent le cadre du partenariat traditionnel.

L’intervenant a aussi évoqué la présence du Maroc sur la scène arabe, en Amérique et en Asie, ainsi que dans le continent africain en faveur duquel le Royaume a pris plusieurs initiatives de solidarité visant le soutien de la coopération avec les pays du sud.

Les principes régissant la pratique diplomatique marocaine s’inspirent particulièrement du droit international et de la charte des organisations mondiales qui ont fait du Royaume un partenaire essentiel, a-t-il ajouté, rappelant l’attachement du Maroc à la consolidation de la paix et de la sécurité au niveau international, à travers sa participation aux différentes missions de paix dans plusieurs foyers de tension dans le monde.

Selon M. Husseini, ce colloque auquel ont participé plusieurs diplomates et chercheurs marocains et étrangers a été l’occasion d’étudier les meilleures moyens de représenter dignement le Royaume dans les rencontres et forums internationaux, appelant dans ce sens à la création d’un Centre marocain des études stratégiques qui aura pour mission de déterminer les priorités de la diplomatie marocaine.

Les travaux de ce colloqué, organisé par le club diplomatique marocain, en coordination avec le ministère des Affaires étrangères et de la coopération, sous le Haut patronage du Souverain, ont porté sur la contribution arabo-islamique à la science, notamment dans les domaines de l’astrologie chez les musulmans, la division du temps, la médecine, les mathématiques et certaines inventions et techniques, tels les techniques d’irrigation dans l’occident musulman au moyen âge.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *