Le discours de la fermeté

Les quelque 5000 personnes regroupées sous la tente dressée à la place du méchouar à Laayoune à l’occasion de la visite de SM le Roi Mohammed VI et les millions de téléspectateurs marocains qui ont suivi en direct le discours prononcé par le souverain, n’en attendaient pas moins. Le Maroc ne renoncera pas à un seul pouce du territoire de son sahara, inaliénable et indivisible, a affirmé le souverain, sous les acclamations de l’assistance.
«Le petit-fils du roi libérateur, Mohammed V, l’héritier et confident du roi unificateur, Hassan II – que dieu les ait en sa sainte miséricorde – et le garant constitutionnel de l’unité du Maroc, déclare, en son nom et au nom de tous les citoyens, que le Maroc ne renoncera pas à un seul pouce du territoire de son Sahara, inaliénable et indivisible », a dit S.M. le Roi.
Une affirmation solennelle et un engagement irréversible, puisant leur force des profondes convictions de tous les citoyens marocains. De cet attachement qu’ils ont témoigné de tout temps à l’intégrité territoriale de leur pays et particulièrement aux provinces marocaines du sud.
Depuis l’ère glorieuse des Almoravides, jusqu’au règne de Feu SM Hassan II, en passant par les défunts souverains Moulay Hassan 1er et MohammedV. Tant ces provinces, comme le réaffirmera le souverain depuis Laâyoune, «habitent le coeur de chaque citoyen marocain et sont restées à travers les âges une partie intégrante du territoire national et une composante fondamentale de l’entité historique et de l’identité civilisationnelle du Maroc ». Ces liens indéfectibles sont renforcés par « l’unité de tous les marocains autour du trône, pour mener le combat du parachèvement de leur intégrité territoriale pleine et entière et leur solide attachement aux constantes immuables et sacrées qui sont les leurs, à savoir la légitimité historique et religieuse, fondée sur la Bei’a, la souveraineté nationale pleine et entière et l’unanimité nationale sans faille, autour de ces constantes ».
Aujourd’hui, au moment où SM Mohammed VI, petit fils du roi libérateur, Mohammed V et héritier et confident du roi unificateur, Hassan II, rencontre une nouvelle fois ses fidèles sujets de ces régions du Maroc, s’illustre de manière éclatante l’attachement irréversible du Maroc au moindre pouce de territoire de ses provinces du sud. Une rencontre qui prend une nouvelle signification puisqu’elle survient «alors que se sont révélées au monde les visées expansionnistes et hégémoniques de l’adversaire déclaré de notre intégrité territoriale, n’est que la réaffirmation de notre ferme attachement à ces constantes sacrées et notre refus catégorique de tout projet de nature à porter atteinte à l’intégrité territoriale du Maroc et à sa souveraineté sur ses provinces du sud et qui menace la paix et la stabilité dans la région du Maghreb arabe».
Le Maroc quant à lui demeure sereinement attaché à une paix juste et durable, sur la base de l’accord-cadre onusien. Un accord auquel le Royaume a souscrit, rappellera le souverain, « parce qu’il a bénéficié d’une approbation et d’un encouragement internationaux larges et influents. c’est aussi et surtout parce qu’il s’inscrit dans le cadre du respect de la souveraineté du Maroc et de son intégrité territoriale, et qu’il est conforme à notre option stratégique, fondée sur la démocratie, la régionalisation et la décentralisation ainsi que sur la préservation de la stabilité du Maghreb arabe et la consolidation de l’unité de ses peuples, plutôt que l’émiettement de cette unité par la création artificielle d’entités factices ».
En attendant, l’unité du peuple marocain, sa cohésion autour du trône demeureront «une forteresse inexpugnable, qui protège l’entité de la nation marocaine unie, défend sa souveraineté et le conduit résolument sur la voie du parachèvement de l’édification du Maroc de l’unité, de la démocratie et du progrès». Cette voie passe par l’assurance d’un développement intégré des provinces du sud, au même titre que les autres provinces du Royaume.
Un souci que le souverain a concrétisé en annonçant la création d’une agence spéciale pour le développement des provinces du sud dans les plus brefs délais, dont les programmes et les projets doivent être issus de la réalité de la région et des aspirations de ses habitants et ce en vue de doter ces régions d’infrastructures et d’équipements de base.
Dans ce cadre, le souverain a appelé le gouvernement à en finir avec le problème de l’habitat insalubre qui prévaut dans ces provinces et à diligenter, en l’espace de deux ans, la réalisation de six villages de pêche, équipés de toutes les infrastructures maritimes nécessaires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *