Le FMI exprime sa confiance dans l’économie marocaine

Le FMI exprime sa confiance dans l’économie marocaine

Une délégation marocaine a tenu une série d’entretiens, en marge des réunions de printemps de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire international (FMI), les 25 et 26 avril, à Washington. Cette délégation a été conduite par Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib, et Zouhair Chorfi, directeur du Trésor et des finances extérieures au ministère de l’Economie et des Finances. Ce fut l’occasion pour les responsables du FMI de saluer les bonnes performances de l’économie marocaine et «la résilience» qu’elle a pu développer face à la crise économique internationale. Aussi, ont-ils souligné, qu’ils restent confiants quant aux potentialités de l’économie nationale et ont fait part de leur disposition à travailler avec le Maroc dans les domaines et activités où l’intervention de l’association du FMI serait jugée utile. Les responsables de la Banque mondiale ont exprimé, à leur tour, leur satisfaction face aux excellents résultats de la coopération avec le Maroc et au bon déroulement de la préparation du nouveau cadre stratégique de partenariat. Ils ont également exprimé leur volonté d’accompagner le Royaume dans la poursuite de son processus de réformes et de développement. M. Chorfi a expliqué la résilience que connaît l’économie nationale par la diversification sectorielle des sources de croissance qui ont renforcé l’autonomisation du PIB par rapport aux aléas climatiques et aux recettes de privatisation. Il a également précisé que le Maroc a réalisé en 2008 une croissance économique de 5,4 %, un excédent budgétaire pour la 2ème année consécutive de près de 0,4% du PIB, hors recettes de privatisation et une baisse significative de l’encours de la dette publique qui a atteint 47,8 % du PIB. Il a en outre indiqué que le compte courant de la balance des paiements a accusé un déficit de 5,6 % du PIB. Quant aux perspectives pour 2009, M. Chorfi a affirmé que la croissance économique se situerait entre 5 et 6 % reflétant une excellente année agricole et un dynamisme soutenu des activités non agricoles. L’inflation serait contenue au niveau de 2,5 %, le compte courant devrait être ramené à 2,5 % du PIB et le déficit budgétaire contenu à un niveau inférieur à 3 % du PIB. M. Chorfi a, finalement, souligné l’importance des relations, jusqu’à présent satisfaisantes, entre le Maroc et la BM  aussi bien dans la réalisation des programmes de réformes que des projets d’investissement.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *