Le gouvernement Benkirane II fin prêt pour la rentrée ?

Le gouvernement Benkirane II  fin prêt pour  la rentrée ?

Sans se presser, les patrons du PJD et du RNI avancent dans les discussions au sujet de l’éventuelle entrée du parti de la colombe au gouvernement. Selon des sources concordantes proches des deux partis, Salaheddine Mezouar et Abdelilah Benkirane sont entrés dans une phase plus concrète lors de leur troisième rencontre qui s’est déroulée mardi dernier (13 août) et qui a duré près de quatre heures. 

Cette réunion a été essentiellement marquée par un «climat positif et la volonté commune de tourner la page du passé pour démarrer une nouvelle expérience fondée sur des bases solides», a indiqué un membre du bureau politique du RNI. Ainsi M. Benkirane a demandé officiellement à son homologue du RNI de faire des propositions opérationnelles et concrètes sur la manière dont il voit la future architecture du gouvernement, sur les nouvelles priorités à lui fixer et aussi sur la manière avec laquelle devraient être gérées les relations au sein de la majorité, signalent ces sources. Cette demande vient en fait à la suite du mémorandum que le RNI avait soumis au PJD lundi 12 août, et qui a été l’objet de discussion entre les deux hommes mardi.

«M. Benkirane partage en grande partie le contenu de la note présentée et adhère à la méthodologie du RNI. Il y a désormais une véritable conscience qui commence à s’installer, une volonté commune de travailler ensemble, de faire les concessions nécessaires pour réussir la nouvelle expérience gouvernementale», a indiqué à ALM un dirigeant du RNI rapportant les propos du président du parti lors de la réunion du bureau politique tenue le soir du mercredi 14 août. 

Pour ce qui est des détails se rapportant aux portefeuilles ministériels souhaités par le RNI, l’équipe à pourvoir et le programme proposé, ce membre du bureau politique répond: «Cette question n’a pas encore été débattue, elle est l’aboutissement naturel une fois les bases posées». Et d’ajouter : «Aujourd’hui, nous ne sommes pas dans une course aux portefeuilles, une telle attitude est coûteuse pour le pays. Mais une chose est sûre, au sein du RNI nous avons discuté du programme, des propositions concrètes et des actions urgentes à entreprendre. Nous savons ce que nous voulons», souligne notre source, ajoutant que «ce sera l’objet de la prochaine réunion de négociations avec le chef de gouvernement, c’est à lui que revient la primauté d’être informé des détails». …./…..

Toutefois, lors de la dernière rencontre, le président du RNI a tenu à imposer les fondamentaux auxquels tient son parti afin de ne pas reproduire l’expérience de l’ancien gouvernement : «Il est question de la révision des mécanismes de coordination au sein du gouvernement, mais aussi au sein du Parlement. C’est nécessaire pour éviter les tensions et le manque d’homogénéité qu’a connus l’ancienne majorité à différents niveaux, mais aussi pour pouvoir engager sereinement des réformes politiques, économiques et sociales profondes et prioritaires, notamment la mise en œuvre de la Constitution, les réformes de la Caisse de compensation, de la retraite et de la fiscalité», précise notre source. Outre la coordination au sein de la majorité, le RNI appelle également à la création d’un mécanisme de concertation avec les partis de l’opposition «étant donné que les réformes concernent tout le pays et de ce fait tous les acteurs politiques», fait remarquer ce dirigeant du RNI.

Pour rappel, la première rencontre entre Benkirane et Mezouar a eu lieu le 22 juillet, le jour même où la démission des ministres istiqlaliens a été acceptée par le Souverain. «C’était l’occasion d’aplanir le terrain, assainir la situation et revenir sur le contexte, les problèmes entre les deux partis, les attaques mutuelles et les responsabilités de chacun dans la crise et dans la recherche d’une solution», commente cette source proche des négociations. Le deuxième round, tenu lundi 5 août à l’issue de l’adoption du conseil national du RNI du principe de participation au gouvernement, avait pour effet de présenter la vision du parti. Le président du RNI devait transmettre les recommandations du conseil national, à savoir revoir les mécanismes de coordination de la majorité gouvernementale, l’élaboration d’un nouveau programme et un remaniement global de l’équipe et de l’architecture gouvernementale, pour insuffler une nouvelle dynamique à l’Exécutif. Aujourd’hui donc, tout porte à croire que les choses s’accélèrent pour la formation d’un gouvernement Benkirane II pour la rentrée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *