Le Journal Hebdomadaire condamné pour diffamation

Mme Sitaïl qui avait demandé un dédommagement à titre symbolique de 100 dirhams pour diffamation a obtenu gain de cause. Aboubakr Jamaï, directeur du Journal, a en outre été condamné à 100.000 dirhams d’amende au profit du ministère public. Le ton entre le Journal et 2M s’était dégradé en février quand la chaîne a été accusée par l’hebdomadaire francophone d’avoir diffusé des images partiales au sujet d’une manifestation organisée devant le journal en signe de protestation contre la publication des caricatures du prophète Mohammed. "Les images (sur 2M) ont été une incitation à la haine contre le journal", avait déclaré Aboubakr Jamaï.

La directrice de l’information de 2 M avait affirmé qu’Aboubakr Jamaï avait tenu des propos insultants à son égard devant des journalistes de la chaîne de télévision.
Samira Sitaïl a estimé lundi que "justice (lui) a été rendue". "Je souhaitais que ma dignité soit lavée de toute injure dont j’ai été l’objet depuis plusieurs années dans les pages de ce journal", a-t-elle déclaré à l’AFP.

"C’est un nouveau règlement de compte avec le Journal pour qu’il soit définitivement mis à genoux", a déclaré à l’AFP de son côté Me Abderrahim Jamaï, l’avocat du Journal, indiquant que la publication allait interjeter appel. Le 18 avril, la Cour d’appel de Rabat avait condamné cette publication à verser trois millions de dirhams pour diffamation à l’encontre du Centre européen de recherche, d’analyse et de conseil en matière stratégique (ESISC).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *