Le Maroc invite l’Algérie et le Polisario à oeuvrer pour une solution réaliste

La 2ème réunion de pourparlers informels préparatoire du 5ème round de négociations, qui a débuté, mercredi à Armonk dans les environs de New York, est une occasion que le Maroc saisira pour démontrer, encore une fois, que la démarche basée sur un référendum à options extrêmes est inapplicable et qu’elle a été définitivement écartée, a rapporté, mercredi, l’Agence France Presse (AFP). Le Maroc appelle les autres parties à œuvrer pour une solution réaliste à la question du Sahara, en insistant sur l’inapplicabilité de l’option du référendum à options extrêmes, précise la même source. À New York, la délégation marocaine renouvellera son appel aux autres parties «pour se départir de leur posture de blocage et leur stratégie de déviation», indique l’AFP citant une source officielle marocaine. «Le recours au référendum est minoritaire dans la pratique onusienne, la majorité des situations ayant été résolues à travers les négociations entre les parties», a assuré la même source. «Rabat invite le Polisario et l’Algérie à œuvrer à New York pour une solution réaliste et réalisable porteuse de paix et de stabilité pour les cinq pays du Maghreb et favorisant le progrès et la prospérité pour leurs populations», note l’AFP. La 2ème réunion informelle sur le Sahara s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et notamment les résolutions 1813 et 1871, adoptées respectivement en avril 2008 et avril 2009. Ces résolutions appellent l’ensemble des parties à s’engager dans des négociations intenses et substantielles, en tenant compte des efforts déployés par le Royaume depuis 2006, et en faisant montre de réalisme et d’esprit de compromis pour parvenir à une solution politique et définitive au différend régional relatif au Sahara marocain. Cette deuxième réunion informelle intervient également à la suite des quatre rounds du premier cycle de négociations, tenus à Manhasset en 2007 et 2008, sous les auspices de l’ancien envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, Peter van Walsum. Dans ce contexte, la délégation marocaine à la réunion de New York marquera sa disponibilité à négocier une solution définitive de compromis sur la base de l’Initiative marocaine d’autonomie, dont la prééminence a été clairement soulignée par le Conseil de sécurité. Elle insistera ainsi sur la pertinence de cette initiative, rappellera la démarche démocratique ayant présidé à son élaboration, exposera son contenu substantiel, démontrera sa conformité avec la légalité internationale et analysera sa portée régionale.
Le Maroc, et à l’instar des autres réunions, relèvera, en même temps, le référentiel obsolète de la soi-disant proposition du Polisario, son contenu dépassé, sa lecture biaisée et orientée du principe de l’autodétermination, et sa philosophie contraire à l’orientation donnée par le Conseil de sécurité et souhaitée par la Communauté internationale pour la résolution de ce différend régional.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *