Le Maroc réitère ses préoccupations face à la situation à Tindouf

Intervenant dans le cadre du débat général de la 57ème session du Comité exécutif du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), M.Loulichki a rappelé que "cette assemblée a été, à plusieurs reprises, le témoin des appels répétés du Maroc pour que cesse cette situation des plus anachroniques et des plus atypiques dans l’histoire de l’humanitaire et pour que ces populations puissent, enfin, bénéficier de la protection et de l’assistance adéquates et qu’elles puissent décider, sans aucune contrainte, du choix du retour à leur pays et parmi les leurs afin de contribuer ensemble à la poursuite de l’édification du Maroc moderne et démocratique".

Dans un autre registre, le diplomate marocain a mis en relief la contribution du Maroc et ses efforts pour apporter les solutions adéquates au phénomène migratoire rappelant à cet égard l’organisation, les 10 et 11 juillet dernier, de la Conférence ministérielle euro-africaine sur la migration et le développement, regroupant les représentants de près de 60 pays africains et européens et ceux de plusieurs organisations régionales et internationales dont le HCR.

L’objectif de cette initiative était d’apporter des solutions concrètes, appropriées et durables au défi de la gestion des flux migratoires, a-t-il fait savoir, affirmant que de par son importance et sa thématique, liant la problématique migratoire à l’impératif de développement, cette Conférence a donné le coup d’envoi à une coopération renouvelée entre l’Europe et l’Afrique, pour une convergence de vues entre les pays d’origine, de transit et de destination des migrations qui constituent le socle de ce partenariat novateur et équilibré, fondé sur une vision d’ensemble qui intègre à la fois développement et sécurité.

Par ailleurs, concernant les déplacés internes, M. Loulichki a précisé que l’engagement du HCR à "l’approche de responsabilité modulaire" en faveur de ces personnes constitue une initiative louable susceptible de contribuer, dans un cadre interinstitutionnel, à répondre positivement aux besoins des personnes démunies de protection y compris dans leurs propres pays.

Toutefois, cette extension du mandat du HCR ne doit pas se faire, selon lui, au détriment de l’essentiel du mandat à savoir, la protection des réfugiés et la promotion des solutions durables. "Nous souhaiterions être assurées que le mandat initial du HCR ne sera pas affecté en termes de priorités et de ressources par l’élargissement du champ de son intervention", a-t-il souligné.
Il a ajouté que le Maroc encourage les efforts déployés par le Haut Commissaire pour adapter l’Organisation à l’environnement évolutif dans lequel elle opère en liant, notamment, la gestion des ressources budgétaires et humaines aux buts et objectifs prioritaires du HCR, et de ce fait, encourage la nouvelle politique budgétaire basée sur l’adaptation des dépenses non plus aux ressources disponibles mais plutôt aux besoins, principalement sur le terrain.

A cet effet, le rôle dévolu aux Bureaux extérieurs du HCR dans l’élaboration du budget semble la solution la mieux adaptée à cette stratégie, a-t-il estimé.
Le Comité Exécutif du HCR, a ouvert ses travaux lundi au Palais des Nations. Il examinera et adoptera, lors de cette session, le projet de rapport de la 37ème réunion du Comité Permanent du HCR et procédera à la "présentation des principes directeurs sur le maintien du caractère civil et humanitaire de l’asile".
Il examinera également les rapports sur la protection internationale, sur les consultations annuelles avec les ONGs ainsi que les rapports relatifs à l’évaluation des missions d’inspection effectuées dans différentes régions du monde. Le Chef du Gouvernement espagnol, M. José Luis Rodriguez Zapatero s’adressera au Comité jeudi prochain en sa qualité d’Orateur invité de cette session.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *