Le MDS n’abdique pas

Entre 1997 et 2002, le nombre de députés MDS au sein de la Chambre des représentants sortante a été réduit de 32 membres à 9. Un coup dur affligé au parti de Mahmoud Archane, qui voyait son cercle se rétrécir à une vitesse vertigineuse, le plaçant ainsi dans la sphère des petits partis. Les cinq sièges dont doit se contenter le MDS dans la prochaine composition de la Chambre des représentants semblent porter le coup de grâce à ce parti. Loin de là, répond M.Archane, «avec ce qu’on nous a fait subir lors de la dernière campagne, nous sommes au contraire surpris d’avoir décoché 5 sièges.»
Le leader du MDS affirme qu’au moins une dizaine de candidats avaient gagné, lorsque le lendemain ils étaient informés du contraire. «C’est une vraie mascarade qui a eu lieu à Tiflet. Moi-même j’ai été déclaré vainqueur samedi matin avant que ce résultat ne se soit transformé l’après-midi du même jour.
Nous avons mené la meilleure campagne électorale, n’importe quel journaliste peut venir enquêter sur place pour vérifier la véracité de mes propos. En plus, ce qui s’est passé à Tiflet n’a pas été cité, même parmi les petits incidents.» L’amertume est claire dans les propos de M.Archane, qui n’arrive pas à avaler cette défaite «injuste». Cependant, le MDS n’est pas près de baisser les bras. Les contacts vont bon train avec les composantes classiques de la Mouvance populaire : «Nous sommes en train de discuter avec nos frères du MNP et du MP, ce qui pourrait déboucher sur un groupe commun. Et ce, dans le sens que SM le Roi a toujours souhaité, à savoir le rassemblement des forces politiques. Nous avons également entamé des contacts avec le parti de l’Union Démocratique dans le même objectif.» Une belle perspective qui contraste avec la vague des départs qui ont minimisé la présence du MDS dans l’ex-Chambre des représentants. Ce à quoi M.Archane rétorque : «Les personnes ayant quitté le MDS lors des deux dernières années l’ont fait pour des raisons strictement personnelles.
Le MDS n’avait changé ni de programme, ni de principes ni d’orientations. Ce qui s’est passé en fait, suite à des développements de nature politique, c’est que ces gens sont partis pour des intérêts personnels. Nous n’avions qu’à respecter leur choix.» Toutes ces tergiversations auraient dû décourager le patron du MDS et l’inciter à se retirer face au «dégoût» électoral.
Eh bien, il n’en est rien. «Archane a toujours été un homme de dialogue, un homme tolérant. Au sein de mon parti, je ne me suis jamais considéré comme un Zaïm vénéré. Je suis comme un ami pour tous les militants du MDS. Mes adversaires veulent me casser, mais je suis toujours debout et je le resterai. Archane est plus solide qu’un roc.», conclut-il. Si ce n’est pas une grande confiance en l’avenir proche…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *